Le Rafale : L’arme Fatale

Afghanistan (2007-2011), Libye (2011), Sahel (depuis 2013), Irak et Centrafrique (depuis 2014) : « testé au feu » lors sa première mission de combat, le 28 mars 2007 en Afghanistan, le Rafale est engagé de façon continue, comme nul autre avion, autre qu’américain, ne l’a été. En plus de 140 000 heures de vol, il en a déjà fait plus de 17 000 en opérations. En 2013, quatre Rafale conduisaient le plus long raid de l’histoire de l’armée de l’air : 9 heures 35 minutes de vol entre Saint-Dizier et N’Djamena (Tchad), pour 21 cibles détruites au Mali. Menés sous le regard critique des industriels concurrents, ces engagements ont bâti la réputation de cet avion lancé dès avril 1988 mais entré seulement en service opérationnel en juin 2004, à Landivisiau, avec un retard de dix ans dû aux étalements du programme : à ce jour, 137 appareils ont été livrés sur les 180 commandés par la France. Le Rafale devrait rester l’avion de combat des armées françaises jusqu’en 2040.

La polémique a longtemps porté sur son coût, jugé excessif par rapport à ses rivaux : le F-16 américain (Lockheed Martin), le Gripen suédois (Saab), le Typhoon du consortium européen Eurofighter. Évalué à 40 milliards d’euros sur environ quarante ans, le programme a subi un dérapage chiffré à 4,7 % par la Cour des comptes. Par rapport au devis initial, fixé il y a vingt-cinq ans, la hausse est négligeable, d’autant que la production a été réduite de 320 à 225 avions. Le Typhoon, lui, a dérapé de 75 %!

Les professionnels reconnaissent au Rafale des atouts opérationnels exceptionnels : sa polyvalence, sa furtivité, sa souplesse d’emploi, sa capacité multirôle, sa facilité de déploiement et de maintenance, argument majeur quand il faut faire plus avec des budgets et des effectifs en diminution.

Dès sa conception, Vol en avion de chasse les ingénieurs ont cherché à bâtir un appareil « multiplicateur de forces ». Le défi était de remplacer sept types d’avions de combat. Le Rafale a ainsi mis à la retraite le Jaguar (attaque air-sol), le Super Étendard (attaque air-mer et air-sol à partir d’un porte-avions), le Crusader (couverture aérienne à partir d’un porte-avions), le Mirage F1 (reconnaissance tactique, attaque au sol), le Mirage 2000 C (défense aérienne), les Mirage 2000 N et D (attaque de précision et d’interdiction), le Mirage IV (dissuasion nucléaire et reconnaissance). À terme, les 225 Rafale auront remplacé un parc de 687 appareils (en 1995).

Omnirôle et flexible, un même avion peut servir à toutes ces missions, jusqu’aux frappes. Au gré des ordres reçus en vol, Vol en avion de chasse le Rafale peut passer d’une mission de prévention ou d’intimidation à un bombardement classique. Grâce à sa nacelle de désignation laser Damoclès (Thales), ses armes ont une précision métrique, de jour et de nuit. Cette agilité s’explique par sa puissance de calcul cinquante fois supérieure à celle de ses prédécesseurs. Développé par Thales, son radar RBE2 à balayage électronique détecte et poursuit plusieurs cibles aériennes à la fois, par tous les temps, à de grandes distances, vers le bas ou vers le haut. Il est le premier et le seul à utiliser ce système…Lire la suite…

Un JAS-39 Gripen Suédois Largue Une GBU-49 Pour… éteindre Un Feu De Forêt

Depuis plus d’une semaine maintenant, la Suède doit faire face à une sécheresse extrême et à d’importants feux de forêt que les pompiers locaux n’arrivent pas à contrôler et à maitriser. A ce jour, plusieurs milliers d’hectares sont partis en flammes après des départs de feux signalés dans une cinquantaine d’endroits différents. Les services de secours locaux, qui ne sont pas habitués à ce genre de situation, sont dépassés et ont fait appel à l’aide européenne.

Dans ce contexte, outre l’Italie et la Norvège, la France a envoyé une trentaine de pompiers, deux Canadair CL-415 et un avion de liaison et d’observation de la Sécurité Civile. Arrivés le 20 juillet, en quatre jours, les CL-415 ont effectué 423 largages en 88 heures de vol, tandis que le Beechcraft a mené 17 heures de vol pour des missions de reconnaissance. Outre ces moyens conventionnels de lutte contre les feux, la Suède a expérimenté, par force, une nouvelle solution avec le tir d’une GBU-49 pour étouffer un feu.

En effet, depuis une dizaine de jours maintenant, un feu brûle sans discontinu sur le champ de tirs d’Älvdalen, situé dans le centre de la Suède. Malgré les efforts des hélicoptères bombardiers d’eau et un terrain difficile d’accès, il était impossible de déployer sur place et au plus près des flammes des pompiers. Ces derniers risquaient d’être touchés voire tués par les explosions de munitions qui n’ont pas explosé lors de précédents exercices de tirs et qui seraient mises à feu avec la chaleur de l’incendie.

A titre d’information, des situations de ce genre ont déjà eu lieu en France, où des sapeurs-pompiers, en combattant un feu, se sont retrouvés au milieu d’un champ de tirs. Par chance, Vol en avion de chasse des militaires présents dans la zone ont rapidement rejoint ces pompiers afin de les évacuer. Quelques heures plus tard, avec l’avancée du feu, des munitions explosaient dans ce même champ de tirs…

Face à cette impasse, la Force aérienne suédoise a reçu une demande d’aide des autorités locales en charge de la maitrise du feu. Avec le tir de cette GBU-49, l’objectif est de tenter d’éteindre l’incendie en créant une onde choc et en l’étouffant avec les flammes provoquées par l’explosion de la bombe. Pour se faire, le JAS-39C a décollé de la base aérienne de Ronneby, située dans le sud du pays, Bapteme et vol en avion de chasse ce mercredi 25 juillet 2018. Accompagné par un second Gripen, il est allé frapper la zone désignée.

Dans un communiqué de presse publié par la Force aérienne suédoise, un responsable des opérations de lutte contre le feu a indiqué que « l’évaluation préliminaire à l’heure actuelle montre que cela a eu un effet positif et que ça peut être considéré comme une possibilité dans le futur ». Les incendies qui se trouvaient dans un rayon d’une centaine de mètres autour de la zone d’impact ont été éteints, d’après la presse locale.

« C’était une tentative pour résoudre un problème unique dans un secteur difficile à atteindre : suite à la demande de cette frappe aérienne avec une bombe, la question a été préparée et nous avons constaté qu’une tentative pouvait être faite », explique de son côté la force aérienne. « L’avion de combat s’est retrouvé exactement où il le fallait et les résultats préliminaires sont très bons », est-il aussi ajouté.

Des drones pour contrôler Pyongyang

L’Amérique a piloté lundi un avion de sécurité sur la péninsule coréenne, a déclaré un système d’aviation, au milieu de tensions latentes plus que de possibles actes de provocation de la part de la Corée du Nord, après avoir averti d’un « nouvel outil tactique ». Un joint de rivet de 135 W à télécommande aux États-Unis a effectué des opérations plus que la Corée du Sud à 31 000 pieds, a tweeté Airplane Spots. Il a ajouté que le transport aérien avait eu lieu lundi. Ce type d’avion a été remarqué pour la dernière fois au-dessus de la péninsule mercredi, selon le traqueur de l’aviation. Plusieurs autres avions de sécurité, comme l’EP-3E et le RC-135S, ont effectué des procédures ici généralement ces derniers jours. Le dernier vol de la compagnie aérienne est arrivé au milieu des inquiétudes croissantes au-dessus de ses fonctions provocatrices avant le jour de la tête de Kim Jong-un qui tombe mercredi. Récapitulant un plénum de célébration inhabituel de 4 jours il y a une semaine, Pyongyang a déclaré qu’il ne pourrait plus être sûr du moratoire imposé sur les essais de missiles nucléaires et à longue portée, avion de chasse Rennes et conscient que la planète verrait un tout nouvel outil stratégique  » à l’avenir « au milieu des pourparlers de dénucléarisation au point mort avec tous les États-Unis. Les experts répètent que « l’outil idéal » du Nord peut indiquer un missile balistique intercontinental capable de transporter de nombreuses ogives ou même un missile balistique lancé par sous-marin. Les drones sont des avions qui sont guidés de manière autonome, par télécommande ou par des moyens équivalents et qui transportent une combinaison de capteurs, de récepteurs et d’émetteurs électroniques et de munitions offensives. Ils sont utilisés pour la reconnaissance stratégique et fonctionnelle et pour la surveillance du champ de bataille, et ils pourraient également intercéder sur le champ de bataille – soit indirectement, en désignant des cibles pour la précision des munitions guidées diminuées ou tirées à partir de systèmes habités, ou spécifiquement, en larguant ou en tirant ces munitions eux-mêmes. Les tout premiers drones étaient connus sous le nom d’automobiles légèrement pilotées (VPR) ou de drones. Les drones étaient de petits avions radioguidés fm utilisés initialement pendant la Seconde Guerre mondiale comme concentrés pour les chasseurs et les armes à feu antiaériennes. Ils sont tombés dans deux classes: petits véhicules économiques et souvent consommables utilisés pour la formation; et, à partir de vos années 1950, des techniques plus grandes et beaucoup plus élégantes récupérées par l’atterrissage ou le parachute en stéréo. Les véhicules ont généralement été équipés de réflecteurs pour simuler le retour radar de l’avion ennemi, et il est rapidement arrivé aux organisateurs qu’ils pourraient également être utilisés comme leurres pour aider les bombardiers à entrer dans les défenses ennemies. (Des drones à performances globales plus élevées continuent d’être créés, par exemple pour vérifier les techniques créées pour prendre directement des missiles de croisière de vacances antiship.) Il est également arrivé aux planificateurs que des RPV puissent être utilisés pour la reconnaissance photographique et électronique. Une conséquence unique de ce concept a été l’AQM-34 Firebee, un ajustement d’un drone de but américain standard intégré dans différentes variations étant donné qu’environ 1951 du Ryan Aeronautical Business. Lancé pour la première fois en 1962, le Firebee de reconnaissance a bénéficié de services importants dans les pays d’Asie du Sud-Est pendant la guerre du Vietnam. Il était absolument utilisé également au-dessus de la Corée du Nord et, jusqu’à son rapprochement en 1969, au sein de la République populaire de Chine. Une automobile subsonique à turboréacteur à ailes balayées d’environ un tiers des dimensions d’un chasseur à réaction mma, l’AQM-34 a pénétré des endroits fortement défendus à des altitudes plus basses en toute impunité en raison de la petite partie transversale du radar, et elle a également introduit l’arrière de façon frappante des images claires. Les abeilles équipées de récepteurs pour reconnaître les contre-mesures numériques ont renvoyé des renseignements sur les missiles de surface construits par les Soviétiques qui ont permis aux concepteurs américains de créer un équipement de découverte et de brouillage approprié.

Parce que l’espace n’est pas une poubelle

Astroscale, une entreprise fondée par le japonais Nobu Okada, a pris un objectif saisissant: développer et exploiter des satellites capables d’éliminer les particules artificielles dans la pièce. L’objectif de l’entreprise est considérable: prévenir un accident catastrophique dans une région qui pourrait paralyser les systèmes de transport, de sauvegarde et de télécommunications du monde. Au cours de plus de 50 années de recherche et de conquête de zone, nous avons livré plus de 5000 satellites dans l’espace, conduisant à près de 42000 objets suivis encerclant l’orbite de la Terre, conformément à la European Area Company (ESA). « Mais beaucoup de ces satellites, chaque fois qu’ils n’ont pas réussi ou qu’ils ont terminé leur vie, sont restés dans la pièce comme des déchets », a expliqué Chris Blackerby, responsable de la gestion de groupe d’Astroscale, à EJ Knowledge lors d’une rencontre. « Dans notre atmosphère orbitale, vous trouverez 500 000 morceaux de particules qui [ne dépassent pas] 1 millimètre, contribuant à 22 000 à 23 000 pièces qui peuvent être plus grandes que 10 centimètres. » Ce qui est plus grave, c’est que dans les dix suivants ans, environ 6 200 minuscules satellites vont être mis en orbite, selon l’estimation d’Euroconsult, un cabinet de conseil en salle en 2018. La NASA dit qu’il y a environ 500 000 morceaux de débris, des satellites vieillis et des fusées qui dérivent autour de la planète, voyageant à une vitesse de 18 000 mph ( 8 kilomètres pour chaque prochain). Un crash pourrait immédiatement faire voler en éclats un satellite de plusieurs millions de dollars. Et ne vous attendez pas à ce que les chefs de file de la zone mondiale commencent le nettoyage en profondeur. Tous les déchets de la salle flottante, qui comprennent des satellites disparus, des roquettes incendiées et des déchets jetés par les astronautes, peuvent éliminer des satellites coûteux, cruciaux sur le plan commercial et géopolitiquement tactiques, et déclencher la dévastation de nombreuses énormes sommes d’argent d’équipement spatial. . Pire encore, un effet de chaîne de la dévastation pourrait rendre des bandes complètes d’orbite terrestre inférieure non navigables pour les satellites, ruinant les sites de réseautage par satellite sur lesquels nous comptons pour des choses comme le GPS, les prévisions climatiques et la transmission. Astroscale, dont le siège est à Tokyo, fait partie d’un petit nombre d’entreprises en concurrence pour devenir la première à créer une méthode commercialement viable pour atténuer les déchets orbitaux et capturer une industrie inhabituelle, mais probablement gratifiante. « Nous devons résoudre la technologie, le produit de l’entreprise et le problème de la législation en même temps », a déclaré Blackerby, décrivant les 3 aspects importants de la façon dont Astroscale fonctionne pour nettoyer les ordures de la pièce. L’option technologique moderne de la société consiste à connecter une antenne parabolique ferromagnétique spécialement conçue pour les satellites, qui peut être spécifique et capturée avec une automobile «chaser» conçue avec un bras gauche automatique et un mécanisme d’enregistrement magnétique. Le but est toujours de déplacer les satellites disparus directement vers l’ambiance terrestre exactement là où le chasseur ainsi que le satellite vont brûler. Astroscale développe un camion de démolition de satellites appelé «ELSA-d», qui signifie «démonstration des services de fin de vie par Astroscale». «Nous introduisons l’objectif en 2020, qui comprend deux engins spatiaux: un satellite de maintenance et un satellite simulant un peu de détritus, pour une série de tests visant à intégrer le guidage de la gestion de la navigation (GNC), l’évaluation, le rendez-vous en plus du tumbling et technologie moderne d’éradication des déchets à faible culbutage », a déclaré Blackerby, car il nous a montré un robot de type faucheuse qui pourrait effectuer des travaux. Bien qu’il soit clairement trop loin pour attacher des antennes paraboliques aux satellites actuellement dans l’espace, Blackerby espère que les entreprises exploitant des sites de réseautage par satellite auront besoin des services d’Astroscale, peut-être pour sécuriser leurs orbites ou pour éliminer les satellites défectueux ou disparus de la salle. La société tente de prouver un concept connu sous le nom de «service par satellite», qui ne peut pas être un choix pour les opérateurs de satellites aujourd’hui, car après avoir mis un satellite en orbite, ils ne veulent pas revenir sur ce satellite.

Vente record d’avion de combat F-35

Le président Donald Trump a annoncé que le Japon avait l’intention d’acquérir près de 105 nouveaux avions de chasse F-35 Lightning II furtifs. «Les États-Unis d’Amérique collaborent aux efforts du Japon pour améliorer ses fonctionnalités de défense. Nous leur avons récemment envoyé une grande quantité de produits destinés aux forces armées», a déclaré Trump lors d’un séminaire à succès mettant en avant l’objectif du Japon d’acheter 105 avions de combat furtifs fabriqués par les États-Unis. , créant le plus grand nombre de F-35 de tous les alliés des États-Unis. Selon l’innovateur américain: «(Ils sont) furtifs car la réalité est que vous ne pouvez pas les découvrir. » Le marché des garanties crée et exploite une famille d’avions de combat à la cinquième technologie, apportant une innovation technologique furtive avec des détecteurs supérieurs et une fonctionnalité de réseau informatique pour la marine américaine, le corps de la marine et la marine américaine, huit compagnons mondiaux et quatre consommateurs internationaux de produits militaires.

La famille est composée d’environ trois variantes d’aéronefs. La variante F-35A de la Force pour l’environnement viendra compléter la flotte de F-22A et devrait remplacer les caractéristiques d’assaut air-sol des F-16 et a-10. La variante F-35B du Corps des Marines échangera ses avions F / A-18 et AV-8B. La version F-35C de la Navy améliorera son avion F / A-18E / F. En décembre 2018, le meilleur professionnel avait fourni 264 avions de fabrication. Le gouvernement japonais a tout d’abord passé un achat pour 42 F-35A en décembre 2011. Néanmoins, dès que 2018 s’est écoulé, l’achat actuel était courant. À l’époque, il était absolument établi que Tokyo ajouterait 63 versions de F-35A et 42 de F-35B, ainsi que la demande actuelle de 42 F-35A. Les F-35, en plus des F-22 Raptors, seraient les meilleurs avions de combat de cinquième technologie au monde, possédant une combinaison distinctive de furtivité, de rapidité, de rapidité et de conscience de la situation, associés à une diversité létale, une circulation d’air et une armes atmosphère-sol, générant ces avions les combattants de la proéminence de l’oxygène les plus efficaces dans le monde.

Le 388e FW et Oxygen Power Arrange en service productif sont les seuls modèles F-35 surmontables de la Force de l’atmosphère, préservant les jets au sein d’une relation Total Power qui utilise les points forts de manière égale. «C’est un respect incroyable de faire partie d’un jalon de plus pour Slope (AFB) et la communauté des F-35», a expliqué le major James Russell, pilote de F-35 avec le 419e FW. «Sur le plan local, cet effort est vraiment une illustration montrant que notre structure Full Push Incorporation fonctionne fort entre les 388e et 419e ailes de chasse. Avec une gamme plus étendue, c’est une possibilité incroyable de présenter notre fondation de chasseurs la plus récente aux pays partenaires du monde entier et d’assurer à tous ces pays de notre aide continue en ce qui concerne leur sécurité. »

Vol atteint pour un hydravion électrique

Harbor Air flow et magniX ont effectué avec succès un vol de ligne aérienne d’examen dans le premier avion commercial entièrement électrique au monde. Pour le plus grand vol en hydravion d’Amérique du Nord ainsi que le développeur de propulsion électrique ont travaillé ensemble pour générer l’ePlane, une demi-douzaine de voyageurs DHC-2 de Havilland Beaver a modernisé un programme de propulsion «  magni500  » de 560 kW, fournissant 750 chevaux. L’essai autour du fleuve Fraser par le terminal Harbour Atmosphere Seaplanes à Richmond, au Canada, a vu l’avion du PDG et créateur de Harbour Air, Greg McDougall. Il a déclaré: «Aujourd’hui, nous avons créé l’histoire. Je suis extrêmement satisfait de la fonction d’autorité de Harbour Air pour repenser la sécurité et l’innovation sur le marché de l’aviation et des hydravions. «Le Canada a longtemps gardé une partie emblématique du passé de l’aviation et faire partie de cette incroyable première étape communautaire est quelque chose dont nous pourrions tous être très heureux.» Harbor Air flow a déclaré sa collaboration avec magniX avant cette saison – avec chacun d’autres envisagent de construire la toute première flotte d’hydravions commerciaux entièrement électriques au monde. Ils essaient maintenant de commencer la méthode de qualification et d’acceptation de votre système de propulsion ainsi que la rénovation de l’avion – cela est essentiel pour électrifier le reste des avions de Harbour Air. Les composants essentiels d’un avion sont certainement une méthode d’aile pour le maintenir en vol de ligne, des zones de queue pour stabiliser les ailes, des surfaces mobiles pour contrôler l’attitude de l’avion en vol de ligne, et une force croissante pour offrir la poussée nécessaire pour pousser le automobile du flux d’air. Des dispositions doivent être prises pour soutenir l’avion lorsqu’il est au repos au sol et pendant le décollage et l’atterrissage. La plupart des avions fonctionnent comme un corps entier (fuselage) pour loger l’équipage, les voyageurs et le fret; le cockpit sera l’endroit d’où l’aviateur actionne les manettes et les instruments pour voyager en avion.

Rafale Marine: Un Avion Arrivé à Pleine Maturité

Il y avait donc un certain nombre de questions quant à la capacité réelle du bâtiment dans une configuration constituée uniquement de Rafale Marine. Pour l’ancien COMGAE du Charles de Gaulle, la mission Arromanches 3 a constitué un tournant. Le Super Etendard, qui « a été amélioré pendant 40 ans pour continuer de coller aux exigences des opérations », assurait l’essentiel des missions dévolues au Rafale. Mais l’ancien avion « le faisait à une échelle moindre » et comptait une grosse lacune : son inaptitude à la défense aérienne. L’un des atouts majeurs du Rafale, rappelait le commandant Jean, c’est sa polyvalence. Attaque au sol, lutte antinavire, défense aérienne, dissuasion nucléaire, reconnaissance, ravitaillement en vol d’autres appareils… « Cet avion s’adapte à toutes les missions et offre au GAE une polyvalence permanente. De cette manière, quand le porte-avions est en mission, on peut évoluer à tout moment. Si, par exemple, quelqu’un veut venir contester l’espace aérien, tous nos avions peuvent réagir et l’on passerait ainsi, instantanément, à 24 chasseurs disponibles.

Selon Pilatus, le PC-24 peut atterrir et décoller depuis 20 135 aéroports à travers le monde, contre 10 645 pour les autres jets commerciaux comme le Phenom 300 d’Embraer ou le Citation CJ4 de Cessna. Deux turboréacteurs Williams FJ44-4A équipent l’appareil. Le PC-24 vole à une vitesse de croisière maximale de 815 km/h. Son rayon d’action est de 3 400 km en configuration six passagers. Au maximum, il peut transporter jusqu’à onze personnes. L’avionneur, basé à Stans (Suisse), a investi 500 millions de francs suisses (427 millions d’euros) dans le développement du PC-24 ainsi que 150 millions de francs suisses (128 millions d’euros) dans la construction de nouveaux bâtiments et outils de production. Pilatus emploie près de 2 000 salariés dont la majorité basée dans son siège de Stans en Suisse. Le constructeur a réalisé un chiffre d’affaires de 821 millions de francs suisses (703 millions d’euros) en 2016. La compagnie a été fondée en 1939. Jusque dans les années 1990, le constructeur helvète est spécialisé dans les avions d’entrainement. Le Tu-104 est un avion biréacteur de 80 à 117 sièges, produit à 204 exemplaires entre 1956 et 1960. Fiable et robuste, son coût d’exploitation est beaucoup trop élevé et l’avion n’est pas rentable, même bradé. Son seul client à l’exportation est la compagnie tchécoslovaque CSA pour 6 exemplaires dont 1 offert. Il permet cependant en 1956 à Aeroflot de réduire la durée du trajet entre Moscou et Irkoutsk en Sibérie occidentale de 18 h 25 min et trois escales à six heures et demie. En 1972, Aeroflot met en service un appareil de 168 à 180 sièges, le triréacteur Tupolev Tu-154. Parfaitement adapté aux conditions d’exploitation dans les républiques de l’URSS, solide et fiable, il est plus lourd, surmotorisé et moins économique que ses concurrents occidentaux mais pour autant reste l’avion de ligne soviétique le plus produit. 918 exemplaires ont été produits dont 15 % ont été exportés hors d’URSS.

Vidéo L’Armée de l’Air a reçu en octobre son premier ravitailleur Airbus A330 MRTT. Découvrez-le lors d’un essai de ravitaillement en vidéo. L’Armée de l’Air a pris possession de son nouvel avion ravitailleur Airbus A330 MRTT en octobre. Vidéo Malgré la baisse annoncée de son budget, la Direction générale de l’armement vient de qualifier le standard F3-R du Rafale et de confirmer à MBDA l’achat de 567 missiles MICA NG. Tout en rappelant comment elle entend désormais travailler avec l’industrie. Enquête La France est-elle accro à ses ventes d’armes ? En tout cas, elle n’a pas suivi l’appel du Parlement européen, favorable à un embargo sur les ventes d’armes à l’Arabie saoudite dans le cadre du conflit au Yémen et visant à condamner l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Le français Dassault Aviation, fabricant notamment du Rafale, se positionne comme un fournisseur de technologies capables de manoeuvrer les futurs avions spatiaux à la fois civils et militaires, et non comme un avionneur à part entière. Demain, la supériorité militaire viendra du spatial. Bonne nouvelle Dassault Aviation et la région Auvergne-Rhône-Alpes s’allient pour créer une plateforme industrielle collaborative consacrée à l’impression 3D appliquée à l’aéronautique. Le programme, baptisé « Aeroprint », avion de chasse prévoit déjà un investissement de 25 millions d’euros. Qui sont les 11 patrons français les plus performants selon le Harvard Business Review ? Bonne nouvelle Le 22 octobre, le Harvard Business Review a publié son Top 100 des PDG les plus performants dans le monde. Les Français sont bien représentés. Ils sont onze à s’être distingués pour leur direction d’entreprise.

Le F-35 participe à des exercices joints en Europe

Les avions de combat F-35A de cinquième génération participent à un exercice multinational mené par les forces aériennes américaines en Europe, dont le but est de démontrer les capacités de défense du système de défense aérienne et antimissile intégré des États-Unis. Les forces militaires américaines en Europe collaborent étroitement avec les forces de la coalition de Croatie, d’Italie et de Slovénie pour exécuter Astral Knight 2019 sur la base aérienne d’Aviano (Italie) et à divers endroits en Europe, le 3 juin. La formation impliquera une combinaison d’opérations de vol et de scénarios assistés par ordinateur. L’objectif de l’exercice est d’améliorer l’intégration du commandement et du contrôle, vol baptême L39 Sud de la France la coordination et l’interopérabilité des capacités aériennes et terrestres et le chevauchement des opérations dans l’entreprise IAMD. Plus de 30 appareils de l’USAF participent notamment aux F-35A Lightning II, aux F-16 Fighting Falcons, aux KC-135 Stratotankers et aux E-3 Sentry. Les F-35A Lightning II et les Eurofighter Typhoons de l’armée de l’air italienne et les MiG-21 croates participent également à cet exercice. «L’avantage de travailler Astral Knight assure la coopération régionale des alliés de l’OTAN », a déclaré le Major Robert Umholtz, de l’armée de l’air américaine, responsable de la planification des exercices pour Air Force Africa A37 en Afrique,« Cet exercice est dirigé par les États-Unis. intégrer la 5ème génération [d’aéronefs] au fur et à mesure que nous progressons, plus nous pourrons fonctionner comme une force aérienne, une force interarmées et un partenariat de coalition.  » Les actifs de cinquième génération comprennent les avions de combat F-35A. Leurs capacités complètent et améliorent les capacités de supériorité aérienne des aéronefs de 4e génération et des autres aéronefs de 5e génération. « Nous devons nous assurer que nous avons la capacité de les intégrer pleinement dans notre plan de jeu, dans notre exercice et surtout dans notre capacité à fonctionner si nous devons entrer en guerre », a déclaré Umholtz.

Le F-35A est le dernier chasseur de cinquième génération de l’armée de l’air américaine. Il remplacera la flotte vieillissante de F-16 Fighting Falcons et de A-10 Thunderbolt II de la US Air Force, qui sont le principal avion de chasse depuis plus de 20 ans. et apporter avec elle une capacité accrue de survivre dans l’environnement de menace avancé dans lequel il a été conçu pour fonctionner. Grâce à ses performances aérodynamiques et à son avionique intégrée avancée, le F-35A offrira une furtivité de nouvelle génération, une meilleure connaissance de la situation et une vulnérabilité réduite pour les États-Unis et les pays alliés. Les soldats européens de l’armée de terre de la 10e armée, le Commandement de la défense aérienne et antimissile, entraîneront également l’entraînement de leur système de missiles sol-air pour patriotes, capable d’empêcher les ennemis d’utiliser efficacement leurs armes offensives. Une présence par rotation de l’armée américaine sur le théâtre européen renforce l’engagement des États-Unis en matière de sécurité régionale. La capacité de l’armée américaine à réagir rapidement repose sur le fait que les forces américaines sont en Europe engagées, posturées et prêtes avec une force crédible pour assurer, dissuader et défendre. Les États-Unis et l’Europe s’engagent mutuellement à relever ensemble les défis stratégiques. Exercices multinationaux, comme Astral Knight, améliorer la coordination générale entre les alliés de l’OTAN et les armées militaires afin de dissuader les adversaires et de défendre la sécurité régionale dans un environnement de plus en plus complexe.

Consultez notre page d’accueil pour en savoir plus sur vol en MiG29.

Rafale Dans L’Armée De L’Air

A la fin de l’année 2014, 137 Rafale ont été livrés, dont 97 Rafale Air et 40 Rafale Marine. Pour ce qui des aviateurs, 45 Rafale C ont été pris en compte par l’AA (le 101 restant au CEV) et 48 Rafale B (le 316 a été détruit, et deux appareils sont au CEV). Sur 97 Rafale ‘Air’, environ 90 seraient en escadron, les autres en stockage à long terme ou en maintenance 3e niveau. Les escadrons volant sur Rafale sont au nombre de 5: ECE 5/330 Cote d’Argent- EC 1/7 Provence – EC 1/91 Gascogne – EC 3/30 Lorraine – EC 2/30 Normandie-Niemen – ETR 2/92 Aquitaine. Le Rafale a montré ses capacités dans des missions d’appui rapproché en Afghanistan (2007, puis 2009 à 2011), et également lors de missions d’interdiction ou strike en Libye (Harmattan) puis au Mali (Serval), et en missions de reconnaissance. Depuis 2013, les Rafale sont constamment utilisés en opérations, toujours en air-sol. Ce prochain standard permettra aussi la mise en service du nouveau pod de visualisation et de désignation, en remplacement du Damoclès: les missions CAS, x-AI ou SCAR demandent en effet une précision accrue dans l’identification des objectifs d’opportunité.

’affaire pour environ 28600 avions. D’une part on a l’A380, qui représente un projet d’une dimension considérable, et d’autre part on a le Boeing 787 Dreamliner. Notons toutefois que le lancement de ces deux avions a était très lourds sur les deux constructeurs. Contrairement à Airbus qui ne rencontre pas de difficultés de conception pour ses avions (juste des problèmes d’industrialisation), le B787 a des problèmes dans ces deux domaines. Boeing devrait-il développer un Super Jumbo ? Financièrement selon beaucoup d’expert il serait plus avantageux de mettre l’accent sur des avions de petite taille pouvant faire de longues distances. En ne répondant pas a la création d’un super Jumbo, Boeing ne fera ni gain, ni perte. Donc il serait préférable pour Boeing de ne pas suivre la route au risque de perdre. Pour les quinze prochaines années les constructeurs ont pour objectif de réduire de 18 décibels le niveau sonores des avions de lignes. De plus, les aéroports vont allouer aux transporteurs un quota de bruits et déjà les avions les plus bruyants sont soumis à un couvre- feu. Face à la taille et à la complexité des appareils, les pistes en matière d’innovation sont nombreuses pour l’industrie aéronautique, les principales pistes sont dans ce qui concerne la navigation la sécurité, et la réduction des bruits. Les industrielles de l’aéronautiques consacrent l’équivalent de 15% de leur chiffre d’affaire à la recherche et développement. Des technologies de guidage plus sophistiquées qui permettront d’améliorer la profitabilité des compagnies aériennes. Un avion peut il voler a l’électricité? Avec la baisse des réserves de pétrole certains constructeurs réfléchissent au problème, par exemple Boeing a annoncé qu’il s’apprêtait à développer un avion alimenté en énergie électrique.

Ce dernier détiendra 80% du capital de cette coentreprise dont la valeur a été augmentée de plus de 500 millions de dollars par rapport au projet initial, à 5,26 milliards de dollars (4,64 milliards d’euros). Embraer a précisé qu’il s’attendait à recevoir trois milliards de dollars, après prise en compte des coûts de l’opération. Les autres termes de l’accord dévoilés ce lundi sont inchangés par rapport à juillet. Avec cette coentreprise, Boeing entend couvrir toute la gamme d’avions commerciaux, allant des avions régionaux de 70 sièges aux très gros-porteurs de 450 sièges. Les deux groupes pourraient aller plus loin puisqu’ils prévoient de créer une autre coentreprise « pour promouvoir et développer de nouveaux marchés pour l’avion multi-missions KC-390 ». Selon les termes de la proposition de partenariat, Embraer détiendra une participation de 51% dans cette coentreprise, Boeing le solde. Cette opération doit encore être approuvée par le gouvernement brésilien, en raison du caractère stratégique d’Embraer et par les actionnaires de l’avionneur brésilien. L’optimisme prévaut sur ce point, a dit une source proche des négociations. Le président sortant Michel Temer a indiqué qu’il laisserait la décision à son successeur, qui entrera en fonction le 1er janvier. Le président-élu Jair Bolsonaro s’est dit favorable à l’accord, qui est largement perçu comme une réponse de Boeing à l’alliance entre Airbus et le canadien Bombardier, principal concurrent d’Embraer. Après ces annonces, le titre Embraer gagnait plus de 5% en début de séance à la Bourse de Sao Paulo, affichant la plus forte hausse de l’indice vedette Bovespa. 14,6% pour le Bovespa sur la période. La semaine dernière, un tribunal fédéral brésilien a rejeté une ordonnance qui bloquait ce projet de rapprochement. Le tribunal avait été saisi par quatre parlementaires du Parti des travailleurs.

Le premier vol ou vol inaugural d’un avion est la première occasion pour celui-ci de prendre les airs par ses propres moyens. Juin 1938. C’était le plus gros avion civil (Les avions civils sont apparus après la Première Guerre mondiale, pour le transport du courrier puis des voyageurs dans le cadre de l’aviation civile. 90 passagers sur les vols de jour et 40 passagers sur les vols de nuit. Un an après, la première ligne commerciale des États-Unis au Royaume-Uni fut inaugurée. Sur un bateau, une cabine désigne une pièce d’habitation pour une ou plusieurs personnes. L’altitude est l’élévation verticale d’un lieu ou d’un objet par rapport à un niveau de base. 20,000 pieds, donc au dessus de la plupart des perturbations méteorologiques. Pendant la Seconde ( Seconde est le féminin de l’adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s’ajoute à quelque chose de nature identique. Guerre Mondiale, Boeing construisit un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de bombardiers. Beaucoup de travailleurs étaient des femmes dont les maris étaient partis à la guerre.

Séjours : Tarifs TTC, hors taxes de séjour, par personne sur base d’une chambre double. Prix « à partir de » valables à certaines dates et sous réserve de disponibilités et de confirmation. Ces tarifs n’incluent pas les suppléments ou options susceptibles de s’appliquer à certaines réservations ou destinations. Week-ends : Tarifs TTC hors taxes de séjours, indiqués par personne « à partir de », valables à certaines dates et sous réserve de disponibilité et de confirmation. Ces tarifs n’incluent pas les suppléments ou options susceptibles de s’appliquer à certaines réservations ou destinations. Locations : Tarifs TTC par logement et par semaine (sauf mention contraire), « à partir de », valables à certaines dates, sous réserve de disponibilité et de confirmation. Voiture : Tarifs TTC « à partir de », par jour et pour un petit véhicule, hors suppléments, avion de chasse Beauvais valables à certaines dates et sous réserve de disponibilité et de confirmation. Croisières : Tarifs TTC par personne « à partir de », hors taxes de séjours, valables à certaines dates et sous réserve de disponibilité. Hôtel, combinée à la souscription d’une assurance est fournie par Opodo SL, c/ Conde de Peñalver 5, 1º Ext.

Défaut ou erreur de pilotage?

Un avion de chasse égyptien MiG-29M s’est écrasé tout au long des instructions de routine de l’armée le 5 décembre 2019. Le pilote a survécu après s’être correctement éjecté de l’avion. L’avion de chasse mma était sur un vol de coaching au sud-ouest d’Alexandrie au cas où il serait impacté par un « dysfonctionnement soudain » qui aurait forcé le pilote à s’éjecter. La cause de l’échec de fonctionner correctement est explorée par un comité pratique, a expliqué le porte-parole des services militaires égyptiens Tamer Al-Rifai dans une simple affirmation. Des professionnels de la Fédération de Russie, le lieu de fabrication de l’avion, doivent être envoyés pour aider à la recherche. Un autre MiG-29 de la Force aérienne égyptienne s’est écrasé en décembre 2018, ne faisant aucune victime. En octobre 2018, un avion de chasse MiG-29 mma s’est écrasé dans une forêt à proximité de Moscou, en Russie, lors d’une mission d’éducation. Chaque pilote d’avion s’est éjecté avec le temps, mais le problème n’est pas connu. L’avion était un modèle expérimental qui n’est peut-être pas encore en service. Un avion de chasse MiG-29 mma s’est écrasé dans un bois à proximité de Moscou, en Russie, tout au long d’un objectif d’instruction. Chaque pilote s’est éjecté au fil du temps, mais son problème n’est pas identifié. L’avion s’est éloigné du terminal de l’aéroport Joukovski (ZIA), au sud-est de Moscou. En plus des procédures chirurgicales commerciales, le terminal de l’aéroport abrite également l’institution d’enquête de vol Gromov Airline, à laquelle appartenait le combattant mma. L’avion était une version expérimentale qui n’est certainement pas en service, comme l’a souligné la société de rapports européenne RIA. Il s’est écrasé à proximité de la ville de Dmitrovskoye dans une zone peu peuplée, sans avoir causé de dégâts. Les deux pilotes ont réussi à s’éjecter, comme l’a souligné une source au sein des forces de l’ordre proposées par la société d’information européenne TASS. Les services professionnels d’urgence sont sur la page Web de l’accident. Une recherche a été ouverte.Premièrement produit comme étant un chasseur de brillance du flux d’air tout au long de l’ère soviétique par ce que l’on appelait Mikoyan et Gurevich Design and Style Bureau, le MiG-29 est un chasseur à deux moteurs exploité par 23 forces atmosphériques autour le globe, soit dans sa variante d’origine, soit dans sa mise à niveau multirôle (MiG-29SMT). Une faute spécialisée pourrait être à l’origine de la collision de tout jet MiG-29 européen à l’intérieur des mers méditerranéennes. Cette information a été donnée par un représentant du ministère russe du Bouclier vers le 14 octobre. Sur la base des examens préliminaires, l’événement s’est produit une fois que le chasseur à réaction MiG-29 à deux moteurs a effectué son voyage en avion et s’apprêtait à atterrir à propos du fournisseur d’avions de l’amiral Kuznetsov. L’aviateur a pu éjecter en toute sécurité et en toute sécurité dans le cockpit. Source: vol en avion de chasse

Les vautours d’Aigle Azur

Aigle Azur une procédure de mise en faillite en sept. 2019 restant une piscine bien plus de 12000 créneaux aériens offerts. Les champions et les perdants de la lutte pour les jeux de machines à sous avaient été découverts. Quand Air France-KLM, Wizz Oxygen et Lufthansa ont pris les meilleures bouchées, Ryanair n’a pas été donné. COHOR, l’association française chargée de la synchronisation des agendas de voyage, a dévoilé sa liste de compagnies aériennes qui bénéficieraient des créneaux horaires du défunt Aigle Azur au terminal de l’aéroport de Paris-Orly (ORY). Le groupe de personnes Atmosphère France-KLM, Wizz Air et Lufthansa sont probablement les bénéficiaires de la redistribution. Un pool de 12 335 créneaux aériens doit être redistribué suite à la faillite d’Aigle Azur en septembre. 2019. Néanmoins, comme COHOR l’a décrit dans le communiqué de presse, l’État français a préempté le plus haut de 20% de la piscine pour les services professionnels soumis aux responsabilités publiques ouvertes de soutien. Ces 2 467 créneaux seront ainsi désignés par la Direction commune de l’aviation civile (DGAC), soit 9 868 créneaux (environ 13 vols par jour) pour redistribution par le coordinateur. Avec 2 920 emplacements, soit environ 30% de votre piscine, Air flow France-KLM Team via ses filiales Hop! et Transavia peut être le principal bienfaiteur de votre redistribution. Le groupe conserve déjà plus de la moitié des machines à sous à Orly. Même si la diffusion une fois par an a été faite à la lumière des demandes pour l’heure d’été 2020, les opérateurs bénis qui peuvent avoir acquis de nouveaux créneaux horaires avec un calendrier annuel peuvent commencer le support dans la saison d’hiver en cours 2019- 2020 (W19). Dans l’ensemble, COHOR avait reçu des besoins de 232 688 machines à sous des compagnies aériennes, ce qui est presque la capacité de douze mois d’Orly. Et cela inclut, ASL Airlines France, Tassili Airlines et Volotea devraient ouvrir un certain nombre de voies vers l’Algérie, dans des villes comme Alger, Oran ou Constantine. L’Algérie était la principale activité de feu Aigle Azur. Ryanair et IAG (Vueling) n’ont pas non plus été donnés. La salle d’audience commerciale d’Evry a rejeté toutes les offres de rachat d’Aigle Azur. L’activité du deuxième plus grand transporteur aérien français cesse à partir du 27 septembre 2019. Tout de suite après deux cycles d’offres insatisfaisantes, la Cour expérimentée a présenté jusqu’au 16 septembre pour la première fois propose d’être envoyée. Mais «aucune réponse durable n’est devenue offerte avec les clients « , souligne désormais le leader du tribunal. L’activité de votre voyage en avion devrait cesser officiellement la nuit du 27 septembre 2019. Ambiance France avec le groupe Dubreuil, compagnie maman ou papa des compagnies aériennes French Bee et Atmosphere Caraibes, a suscité un intérêt avéré grâce à la circulaire initiale, mais a finalement retiré leur perspective d’envoyer un approvisionnement fréquent.En cas de gros problèmes économiques, Aigle Azur avait déclaré faillite personnelle et arrêté les procédures le 7 septembre 2019. Le vol, La France et le Maghreb ont utilisé environ 1 150 personnes et géré 11 avions Airbus (neuf A320 et deux A330 loués).

Bogota: un aéroport dangereux

Causé par une communication insuffisante avec la gestion du trafic du site Web de l’atmosphère à Bogota, en Colombie, un Airbus A340 dirigé par Air France a été coincé dans un cisaillement de vent lors du décollage. Cependant, le Bureau français d’enquête et d’évaluation pour la protection de l’aviation civile (BEA) a appris que les mesures préventives utilisées avec le transporteur juste après un incident similaire des mois auparavant auraient pu vous sauver la journée. Le 18 août 2017, l’Airbus A340-300, immatriculé F-GLZO, effectuait le vol de la compagnie aérienne AF-681 de Bogota, Colombie (BOG) à Paris (CDG), France avec 219 voyageurs et 10 membres d’équipage à bord. Bien qu’il soit en situation d’attente de la piste 13R prêt au décollage, l’anémomètre mesure la brise de 211 ° à 1 nœud. Depuis que l’équipe de vol a commencé la gestion à emporter, le vent de face s’est amélioré à 11 nœuds, et chaque fois que l’avion a atteint la vitesse de rotation, il s’est rapidement transformé en un vent arrière de 12 nœuds ainsi qu’un courant descendant de 4 nœuds, diminuant la vitesse de 6 nœuds. . « En ce moment, six instants après que l’avion soit resté au sol, le Flight Control Advice and Envelope Laptop ou computer a trouvé un cisaillement de vent menant à un message réactif » WINDSHEAR « de couleur rougeâtre simplement affiché pendant quelques secondes autour du voyage principal. L’écran (PFD) ainsi que l’avertissement musical «WINDSHEAR» se répètent 3 fois », suggère le BEA dans le communiqué de clôture. L’équipe de voyage n’a pas ajusté la conception de l’avion et la direction d’attaque a continué de croître jusqu’à ce que la méthode «Alpha Protection» soit déclenchée, pendant un certain nombre de secondes. Le taux de vent arrière a commencé à diminuer et la vitesse aérodynamique ajustée ainsi que le niveau de montée ont augmenté. L’avion a progressivement dépassé le seuil de piste en utilisant une limite d’altitude acceptable. Avec cette étape, le vol de la compagnie aérienne s’est déroulé normalement et est arrivé à l’endroit en toute sécurité. Avec toute la poussée de l’avion actuellement en place pour envisager la mise hors service, le personnel de bord de la compagnie aérienne avait des options restreintes pour agir. Ainsi, le BEA se concentre sur la façon dont la meilleure gestion de la menace de cisaillement du vent est l’élimination. Mais pour y parvenir, le terminal de l’aéroport de Bogotá El Dorado devrait être construit avec les solutions appropriées qui informeraient le trafic aérien du site Web du cisaillement du vent. Ce n’est pas comme ça en ce moment. Le BEA recommande une analyse des dangers par l’expert de l’aviation civile de Colombie et, si nécessaire, l’installation des produits appropriés. De plus, il conseille un changement de procédure qui obligerait les contrôleurs de la circulation du site Web de la circulation aérienne à fournir aux équipes de vol au départ les informations sur la brise des deux fin de la piste. À la suite de l’événement, Atmosphere France avait émis un NOTAM pour que votre personnel demande ces informations aux contrôleurs. Au final, le BEA regrette le manque d’informations appropriées proposées au personnel français du seul fait que les autres conversations organisées par ATC étaient en réalité fabriquées en espagnol. «Le contrôleur a autorisé un certain nombre d’équipages à descendre brièvement avant le voyage d’Atmosphere France et leur a fourni à chaque fois les dernières informations sur le vent. Ces détails, transmis en espagnol, auraient pu intéresser l’équipe sur ce grave incident », précise le communiqué. Le 11 mars 2017, 5 à quelques mois de l’accident, un autre A340 d’Air France a enregistré un F-GLZU connaissant une considération inhabituellement longue au terminal de l’aéroport de Bogota. En conséquence, le transporteur français a connu une augmentation du décollage des marges de sécurité de base pour les trajets effectués sur l’A340-300, diminuant le décollage de l’avion. Sur la base du BEA, la différence de poids aurait pu être décisive dans la possibilité qu’a l’avion de supporter le cisaillement du vent, et aurait également pu empêcher un crash.

Le fiasco du MiG 1.44

Au cours de la décennie précédente, l’incursion de la Russie dans le développement des chasseurs à réaction de cinquième génération est devenue synonyme du prochain Su-57. Mais le Su-57 n’était que la deuxième tentative de la Russie de développer un avion de cinquième génération, précédé de plusieurs décennies par un projet tout à fait différent.

C’est l’histoire du malheureux MiG 1.44.

En 1979, le haut commandement soviétique a déterminé qu’une nouvelle génération d’avions de combat était nécessaire pour assurer la compétitivité de la Force aérienne soviétique (VVS) dans les années 1990 et au-delà. Le timing n’aurait pas pu être plus approprié; Ce n’est que plusieurs années plus tard que l’armée de l’air américaine a commencé à rechercher et à développer ce qui allait devenir le chasseur F-22 extrêmement compétent.

Le projet, connu sous le nom de MFI ou «Multifunctional Frontline Fighter», établissait un ensemble de critères de conception fondamentaux correspondant à peu près à la compréhension soviétique et russe de ce qui fait un chasseur de cinquième génération: supermanuverabilité, capacité de croisière élevée (supersonic soutenue). vitesses sans l’utilisation de systèmes de postcombustion), section transversale radar faible, système avionique intégré et capacité d’atterrissage / décollage considérablement améliorée.

La commande d’achat a été attribuée à l’avionneur soviétique Mikoyan en 1983. Après des expériences prolongées avec plusieurs systèmes aérodynamiques, Mikoyan a finalement opté pour une conception en aile delta ressemblant à un canard afin de distinguer leur chasseur des systèmes à aile balancée de l’avionneur rival Sukhoi. La rivalité entre Mikoyan et Sukhoi était l’une des raisons de l’échec final de MiG 1.44, Sukhoi continuant d’insister pour que son projet Su-37 en cours puisse produire un meilleur résultat à un coût inférieur.

À la fin d’un processus de recherche et développement torturé, Mikoyan avait préparé un prototype de prototype approuvé par VVS en 1991. Les spécifications finales du MiG 1.44 restent mystérieuses, car presque toutes les spécifications connues du combattant datent du stade MFI développement. Ce que l’on sait, c’est que le MiG 1.44 a été conçu pour être utilisé avec le moteur AL-41F, a une vitesse d’environ 1 500 km et une autonomie pouvant aller jusqu’à 4 500 km, 12 points durs internes et 8 points externes, et compatible avec presque toute la gamme de missiles soviétiques Kh, bapteme de l’air KAB et R-73 / R-77 à guidage aérien. Il n’existe aucune information fiable quant à la qualité des fonctionnalités avionique et furtive «intégrées» du MiG-1.44, deux de ses critères de conception les plus cruciaux.

Comme de nombreux projets militaires soviétiques ambitieux des années 1980, l’effondrement de ce dernier a imposé un fardeau inacceptable au budget déjà serré de Mikoyan. Le gouvernement russe nouvellement formé a suspendu le programme des IMF après une brève période d’essais en 1994, invoquant des préoccupations de coût, avant d’annuler le programme en 1997.

Pas encore prêt à admettre sa défaite, Mikoyan a réussi à produire et à effectuer un test d’un prototype de MiG-1.44 fonctionnel en 2000. Le vol d’essai a révélé une multitude de problèmes de performances et de problèmes d’ingénierie non identifiés, poussant le Kremlin à mettre le dernier clou à la MiG Le cercueil de 1,44. Le programme de chasse de cinquième génération de la Russie a dû être relancé avec le T-50 de Sukhoi (maintenant connu sous le nom de Su-57) projet, entraînant un coût irrécupérable de quinze années de recherche et développement.

La naissance torturée du MiG-1.44 et sa mort encore plus douloureuse illustrent parfaitement les dangers inhérents au développement de matériel militaire militaire phare, où des décennies de travail de recherche et développement onéreux sont souvent vaines. Mais cela peut aussi être vu comme une histoire de potentiel non réalisé; Si le complexe militaro-industriel soviétique avait de nouveau été réengagé à l’égard du programme des IMF, les erreurs du MiG 1.44 auraient peut-être été révélées beaucoup plus tôt, voire totalement évitées.

L’OTAN modernise ses AWACS

L’OTAN doit moderniser sa flotte vieillissante d’avions E-3 AWACS au coût d’un milliard de dollars, a annoncé l’Alliance mercredi.

« Je peux confirmer que nous allons signer un contrat de modernisation, de modernisation du parc AWACS, d’un milliard de dollars », a déclaré Jens Stoltenberg à la presse lors d’une réunion à Bruxelles.
Les mises à niveau porteront la flotte jusqu’en 2035, mais la décision sur ce qui remplacera l’avion vieillissant n’a pas encore été prise.

L’OTAN dispose de 14 avions AWACS E-3A, des Boeing 707 modifiés, facilement identifiables grâce au dôme radar distinctif monté sur le fuselage.

L’E-3A fonctionne généralement à une altitude d’environ 10 km. À partir de cette altitude, un seul E-3A peut surveiller en permanence l’espace aérien dans un rayon de plus de 400 km et peut échanger des informations – via des liaisons de données numériques – avec des commandants au sol, en mer ou en vol.

« Nous cherchons également à remplacer la flotte AWACS après 2035 », a déclaré le chef de l’Alliance, M. Stoltenberg.
Au début de l’année, nous avions signalé que l’OTAN peut remplacer son avion E-3 Sentry par un nouvel avion E-7 Wedgetail. Michael Gschossmann de l’Agence du Traité de l’Atlantique Nord, qui gère la flotte de véhicules AWACS, a déclaré à Reuters que ce dernier devrait parachever d’ici décembre un contrat de 750 millions de dollars avec Boeing pour prolonger la durée de vie de l’avion E-3 jusqu’en 2035. a maintenant fait ainsi.

Cependant, le point important est que Gschossmann a également déclaré qu’il était essentiel de décider rapidement du remplacement des aéronefs de 1979/1980, sans quoi l’OTAN devrait prendre des mesures coûteuses pour les garder plus longtemps.

Gschossmann a indiqué que l’OTAN pourrait suivre l’exemple des Etats membres, la Grande-Bretagne et la Turquie, aviation information en achetant le E-7. Ces avions, a-t-il dit, étaient suffisamment gros pour ajouter de nouvelles capacités potentielles, telles que l’utilisation de drones pour une surveillance accrue, dans les années à venir.
Le E-7 est basé sur le Boeing 737-700 avec l’ajout d’un radar avancé multi-rôle à balayage électronique.

« Pourquoi ne parions-nous pas sur la technologie éprouvée que nous déjà dans le E-7 et fournir à l’OTAN un certain nombre de ces avions? Cela nous donnerait une capacité de base qui pourrait être étendue à l’avenir », a-t-il déclaré.

La Suisse Rouvre Le Dossier De Son Futur Avion De Combat

Le 18 mai 2014, une votation populaire mettait un terme à la procédure d’acquisition de 22 chasseurs JAS-39 Gripen E pour la modernisation de l’aviation militaire helvétique. Ce verdict sans appel ne résolvait toutefois pas le problème de fond : la défense aérienne du territoire de la Confédération repose aujourd’hui sur 54 Northrop F-5 Tiger 2 (42 F-5E et 12 F-5F) vieux de plus de 30 ans et dont seulement 26 sont encore opérationnels, ainsi que de 31 McDonnell Douglas F/A-18 Hornet (26 F/A-18C et 5 F/A-18D), qui doivent arriver en fin de vie en 2025.

Le 24 février, Vol en avion de chasse Guy Parmelin a donc officiellement annoncé au Conseil fédéral son intention de relancer une procédure d’acquisition pour un appareil de remplacement. Pour cela une demande de crédit EEP (études de projets, essais et préparatifs d’achat) sera soumise au Parlement en 2017. D’ici là, le département fédéral de la Défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) lancera des études préparatoires dès le printemps 2016.

Deux groupes d’experts vont être nommés. Le premier, interne, sera composé de représentants des différents domaines concernés de l’armée, d’Armasuisse et du Secrétariat général du DDPS pour identifier les besoins et définir la procédure ainsi que les aspects industriels. Il remettra son rapport en janvier 2017. Le second panel, externe, sera composé également de représentants du DDPS, mais aussi d’autres départements, de l’industrie et de la Société suisse des officiers, et sera chargé d’accompagner les travaux.

Sélection en 2020

Si le crédit EEP est voté, le choix du modèle d’appareil pourrait intervenir en 2020, le vote du crédit d’acquisition en 2022 et le début des livraisons en 2025.

En 2014, le marché était évalué à 3,13 Md FS pour le seul remplacement des F-5. Également étudiée, l’extension de la durée de vie des F/A-18 jusqu’à 2030 coûterait quelque 500 M FS.

Pour plus de détails sur Vol en avion de chasse visitez notre page Web.