Safran fabrique les moteurs et les composants électroniques du biréacteur de chasse Rafale, mais l’Inde s’efforce de développer son propre moteur de chasseur depuis deux décennies et envisage de construire un avion de fabrication domestique. La société française Safran est intéressée par le co-développement de moteurs d’avion pour l’avion de combat moyen avancé (AMCA) – l’avion de chasse de cinquième génération proposé par l’Inde. Le constructeur d’avions a fait cette proposition quelques jours après que la Indian Air Force (IAF) se soit retirée d’un programme d’avions de combat de cinquième génération (FGFA) avec la Russie. Lors d’une présentation devant le ministre indien de la Défense, Rajnath Singh, la société a déclaré qu’elle était prête à transférer ses dernières technologies pour le programme AMCA.

« Safran, soutenu par les autorités françaises, est la seule entreprise au monde à proposer un transfert complet de savoir-faire et de savoir-faire permettant à l’Inde d’être pleinement autonome à l’avenir », a déclaré la société dans sa présentation, ajoutant que l’Inde était seul pays au monde auquel un tel transfert a été effectué proposé. La présentation proposait également de développer et de produire un moteur totalement dans le cadre de l’initiative «Made in India», qui serait adaptée aux besoins de l’avion. Le ministre de la Défense, Rajnath Singh, lors d’une visite des installations de fabrication de Safran, a présenté un exposé sur les capacités de conception de moteurs d’avion militaires. Une offre similaire avait été proposée dans le cadre de la vente de 8,7 milliards de dollars d’avions de combat Rafale, et Safran fabrique également les moteurs et les composants électroniques du Rafale. Le 4 octobre, le maréchal en chef de la Force aérienne, Rakesh Kumar Singh Bhadauria, a soutenu un avion de combat de cinquième génération développé dans le pays et a déclaré que la force soutenait pleinement le projet AMCA.

« Nous n’avons pas l’intention d’importer un avion à réaction de cinquième génération. Le projet AMCA a été mis en œuvre. Nous l’avons pleinement soutenu. Le programme est en train de démarrer », a déclaré le chef de l’IAF. L’année dernière, l’Inde a fait part à la Russie de sa réticence à poursuivre le développement conjoint du programme FGFA d’une valeur de 30 milliards de dollars en raison des coûts élevés que cela impliquerait. Dans le cadre du projet russo-indien FGFA, les deux parties avaient prévu d’investir 4 milliards de dollars chacune au stade du développement, tandis que le coût total de la construction de 127 avions de combat était estimé à 25 milliards de dollars.