L’armée ukrainienne a souffert ces 20 dernières années, de sous-investissements chroniques, en matière de budget militaire. Depuis les hostilités avec la Russie, ce manque de capacité s’est fait sentir à tous les niveaux. La flotte aérienne a particulièrement souffert et de nombreux aéronefs de type MiG-29, Su-27, Su-24 et Su-25 étaient devenus inapte au vol. Au cours de l’année dernière, des pilotes ukrainiens ont reçu des avions de combat Su-27 et MiG-29, des avions d’attaque Su-25, des chasseurs-bombardiers Su-24. Ce résultat a été rendu possible grâce au travail personnalisé des sociétés aéronautiques d’Ukroboronprom, qui a exécuté en 2018 l’ordre de défense de l’État. L’Ukraine a entreprit de réparer et moderniser, près de 40 avions de combat. Mais d’autres aéronefs vont subir une modernisation progressive, sur un total de 161 MiG-29 que compte la Force aérienne Ukrainienne, 90 d’entre eux (deux brigades) du modèle MiG-29S (conception du bureau 9-13) pourront être modernisés au standard SMT. En parallèle, les Su-25 «Frogfoot» vont progressivement être dotés d’un nouveau système de visée et de navigation. On parle de 40 aéronefs sur les 60 encore disponibles. L’Ukraine prévoit également de moderniser 50 Sukhoi Su-27 «Flanker».

Serge Dassault, décédé lundi à l’âge de 93 ans, a défendu bec et ongles le Rafale, fleuron de l’aéronautique militaire française, vol en avion de chasse fouga magister malgré les difficultés d’un programme qui a mis longtemps à séduire avant de devenir un succès à l’export. 2011, alors que l’avion de combat était encore considéré comme un échec commercial. Utilisé par l’armée de l’air française depuis 2004, le Rafale a trouvé pour la première fois preneur à l’export en 2015 au Qatar et en Egypte. Chaque pays avait acquis 24 appareils. En mars dernier, le groupe a annoncé la levée d’une option de 12 Rafale par le Qatar, portant à 36 le nombre d’appareils qui seront opérés par l’armée de l’air de ce pays. En septembre 2016, l’Inde a en outre conclu l’achat de 36 avions de combat Rafale. L’aventure du Rafale en Inde a débuté en 2007 par l’appel d’offres lancé par New Delhi pour l’acquisition de 126 appareils. Le Rafale s’était imposé face à l’Eurofighter Typhoon et au Gripen de Saab, les américains F-16 de Lockheed-Martin et F-18 de McDonnell Douglas, et le Mig-35 russe.

En Inde, la cour suprême a rejeté l’appel à une enquête sur l’achat en 2016 de 36 avions Rafale au constructeur français Dassault. La Cour suprême indienne a rejeté vendredi 14 décembre les appels à une enquête sur des soupçons de corruption et de trafic d’influence qui entourent la vente de Rafale à l’Inde en 2016 par le constructeur français Dassault Aviation. Ce contrat qui porte sur l’achat de 36 avions de chasse Rafale a été au centre d’un tollé politique ces derniers mois en Inde. L’opposition accuse le gouvernement de Narendra Modi d’avoir favorisé le conglomérat privé Reliance Group réputé proche du Premier ministre, au détriment de l’entreprise publique Hindustan Aeronautics Limited (HAL). Le but de Narendra Modi aurait été, selon les accusateurs, de toucher au passage une partie des montants que Dassault doit, contractuellement, en tant qu’entreprise étrangère, réinvestir dans Reliance. Plusieurs pétitions de militants et hommes politiques ont réclamé l’ouverture d’une enquête par la justice, jugeant que Narendra Modi avait violé les règles des marchés publics du secteur de la Défense.