Stormbreaker – une bombe pour tous les temps

Si un groupe avancé de chars, de porte-avions d’infanterie et de systèmes d’artillerie ennemis utilisait une forte tempête de sable dans le désert pour dissimuler leur attaque, ils pourraient être presque invisibles aux caméras de surveillance électro-optiques, à certains capteurs satellites et à la détection laser. Peut-être que la colonne mécanisée de véhicules blindés s’arrête une fois à portée d’attaque et éteint leurs moteurs pour réduire toute signature thermique, évitant ainsi le ciblage infrarouge? Peut-être sont-ils accompagnés d’une artillerie de précision à longue portée ou même d’un appui aérien rapproché, ce qui rend tout type de contre-attaque rapprochée beaucoup trop dommageable ou du moins moins susceptible d’aboutir à une destruction réussie de la force ennemie.

Comment la force ennemie pourrait-elle être attaquée? Pourraient-ils être arrêtés sans faire face à d’énormes pertes, risques et perspectives de succès incertaines? C’est un scénario sur lequel les développeurs d’armes du Pentagone travaillent depuis des années.

Désormais, l’Armée de l’Air pouvait attaquer avec une nouvelle arme à guidage de précision à largage aérien à longue portée capable de changer de cap vers des cibles en mouvement à des distances de sécurité allant jusqu’à quarante miles. L’Air Force multi-mode Stormbreaker est maintenant opérationnel sur les chasseurs à réaction F-15E comme première étape vers l’armement des F / A-18 et F-35.

L’Air Force et Raytheon ont annoncé que l’arme multimode Stormbreaker est prête pour la guerre sur un F-15E.

Le statut opérationnel du Stormbreaker fait suite à des années de développement, qui ont spécifiquement inclus des exercices de tir réel avec une gamme de plates-formes, pour inclure les F-15E. Il y a plusieurs années, un F-15 Eagle de l’Air Force a détruit un char T-72 modèle de substitution en mouvement lors d’un test de tir réel du nouveau Stormbreaker à White Sands Missile Range, NM vitesses quand il a été détruit par le Stormbreaker pendant le test.

L’arme est connue pour incorporer une poignée d’innovations censées introduire de nouvelles dimensions tactiques pour le combat, telles que l’augmentation des attaques à distance, le ciblage multimode et la guerre «activée par le réseau». L’innovation la plus souvent citée dans le Stormbreaker, anciennement appelé Stormbreaker, est son chercheur «tri-mode», une intégration à petit facteur de forme de trois types différents de technologie de guidage de précision tissée en une seule arme. Ces trois technologies de guidage sont le guidage par ondes millimétriques, la détection infrarouge et le ciblage laser semi-actif.

Stormbreaker est conçu pour ne peser que 208 livres, un poids plus léger que la plupart des autres bombes à largage aérien, de sorte que huit d’entre elles peuvent tenir à l’intérieur d’un F-35 Joint Strike Fighter. La petite taille de StormBreaker permet également à moins d’avions d’aborder le même nombre de cibles par rapport aux armes plus grosses qui nécessitent plusieurs jets. Il peut également parcourir plus de 40 kilomètres pour frapper des cibles mobiles, ce qui réduit le temps que les équipages passent à opérer dans des zones hostiles et à haut risque.

Environ 105 livres du Stormbreaker est une ogive explosive qui comprend une capacité de «souffle-frag» et une technologie de «jet de forme» conçue pour percer l’armure ennemie, ont expliqué les développeurs d’armes de Raytheon. Le Stormbreaker a également la capacité de classer les cibles, ce qui signifie qu’il pourrait par exemple être programmé pour ne toucher que les chars d’un convoi par opposition à d’autres véhicules en mouvement. L’arme peut classer les chars, les bateaux ou les cibles à roues.

Vol L-39

Un L-39 au format ULM ?

Le constructeur tchèque présente une réplique du jet d’entrainement militaire L-39 popularisé par la patrouille Breitling. Sauf qu’il s’agit là d’une cellule tout carbone propulsé par un fan dont l’hélice de 60 cm de diamètre carénée est intégrée au fuselage. L’UL-39 est propulsé par un moteur 4-cylindres BMW de 1000 cc donné pour 193 ch à 13.000 t/mn. Il est a priori placé juste derrière l’équipage. Certes, le confinement et le système de réduction/transmission amplifient encore le déficit de rendement inhérent au fan, mais le look est préservé, au tube d’échappement près sous le ventre du simili-jet. Le constructeur tchèque annonce une croisière à 260 km/h.

Comme vous pouvez le constater sur la photo – ce prototype d’ulm est très petit. Le véritable L-39 est beaucoup plus grande et plus haut

F-117A Nighthawk

Petit retour sur l’un des avions de légende de ces dernières décennies, découvert par la Guerre du Golf, le Lockheed F-117A Nighthawk. Retiré du servuce de l’USAF en 2008, le F-117A a servi d’avion d’attaque à partir de 1983, après le premier vol du prototype en Juin 1981 faisant suite à deux démonstrateurs à échelle réduite. Sa spécificité est d’avoir fait partie des « black programs », les projets secrets, car il est le premier appareil à être conçu pour obtenir une furtivité optimale. Il s’agit de limiter sa signature radar en utilisant des formes à facettes, renvoyant les ondes dans des directions différentes, ou en piégeant ces dernières dans ses structures à multiples alvéoles. Il en est de même pour ses deux dérives inclinées. Les entrées des deux réacteurs sont protégées par des grilles. Les sorties d’échappement sont étalées à l’arrière de l’aile pour diffuser la chaleur et réduire la signature thermique. L’appareil, ravitaillable en vol, est subsonique (vitesse inférieure au mur du son) pour ne pas être repéré. Son architecture imposée par les impératifs de furtivité le rendant aérodynamiquement instable, son pilotage est rendu possible par des calculateurs de vol. L’armement est constitué de bombes guidées laser ou conventionnelles, trouvant place dans la soute ventrale. Après une utilisation uniquement de nuit à partir d’une base ultrasecrète dans le Nevada pour garder le secret sur son existence, le F-117A a été utilisé durant l’invasion du Panama puis durant la guerre du Golfe et au Kosovo. Une soixantaine d’appareils ont été produits par Lockheed-Martin, le rôle du F-117A devant être repris par le F-22 Raptor et le futur F-35 Lightning. Retrouvez pleins d’informations sur sur les avions en allant sur l’excellent site d’information avion de chasse.

Quand l’Irak s’arme

L’armée Irakienne se reconstitue une force aérienne. C’est pour beaucoup une nouvelle surprenante, et pourtant pas tant que cela, puisque la force aérienne a été détruite lors de l’offensive alliée. Les américains sont très présents dans tout processus d’achat, et nul doute que l’aviation fait partie de la chasse gardée des constructeurs US, mais le pays reste ouvert à ceux que d’autres Etats puissent se positionner sur des marchés secondaires. C’est précisément le cas d’Aero Vodochody qui a annoncé la vente de 28 avions d’entrainements L-159 à l’Irak. Ce contrat permet à l’Irak de renouer avec le constructeur puisque l’entreprise avait vendu des L-29 et L-39 à l’époque de Saddam. Le contrat porterait sur 1 milliard de dollars. Initialement, Aero Vodochody en avait construit 72 exemplaires pour les besoins des forces aériennes tchèques. Mais, en raisons des restrictions budgétaires, seulement 24 sont encore en service. Aussi, 4 appareils destinés à l’Irak seront prélevés sur les stocks de l’armée tchèque, qui peine à trouver des repreneurs pour ces avions. Les 24 autres commandés seront neufs. Ils devraient être livrés dans les 26 mois suivant la signature du contrat. Le L-159, qui se décline en version monoplace ou biplace, peut tout à fait être utilisé pour des missions d’appui rapproché. Avec une charge offensive de 2.340 kg, il est en effet en mesure d’emporter des bombes à guidage laser Paveway et des missiles air-sol AGM-65 Maverick. Il a également la capacité d’emporter des missiles air-air Sidewinder et AMRAAM, ainsi que des Exocet ou des Sea Eagle. Faut-il pour autant se réjouir de ce contrat ? Certes pour Aero Vodochody c’est une bonne nouvelle, mais alors que de nombreuses discussions d’avenir se font sur la création d’une force armée, ce contrat ressemble un peu à une dépense inutile alors que le pays dispose déjà de F-16. L’armement du pays en avion d’entrainement et d’attaques légers est également troublant dans le contexte explosif du Moyen Orient, et notamment eu égard à la situation intérieure du pays. En proie à une guerre civile, ces armes pourraient tout autant servir à pacifier de manière plus musclée, le pays. L’Irak se pose également en puissance qui s’arme avec des voisins en proie également à des tensions internes et externes. Bref, l’armement de l’Irak laisse présager de tensions futures.