Le Boeing 787 reprend les vols

Après 123 jours, le Boeing 787 va enfin pouvoir reprendre les airs. Les avaries ont été résolues et l’on sait maintenant que les prochaines batteries et systèmes de batterie ne prendront pas feu. Cette autorisation est pour le moment valable sur les USA avec un premier vol commercial qui fera Houston – Chicago, emportant 250 passagers dont le PDG de Boeing et celui de la compagnie aérienne effectuant le vol. Ceci pour conjurer le sort et rassurer les passagers comme les clients que le 787 est à nouveau aussi sur qu’un 747.

F-117A Nighthawk

Petit retour sur l’un des avions de légende de ces dernières décennies, découvert par la Guerre du Golf, le Lockheed F-117A Nighthawk. Retiré du servuce de l’USAF en 2008, le F-117A a servi d’avion d’attaque à partir de 1983, après le premier vol du prototype en Juin 1981 faisant suite à deux démonstrateurs à échelle réduite. Sa spécificité est d’avoir fait partie des « black programs », les projets secrets, car il est le premier appareil à être conçu pour obtenir une furtivité optimale. Il s’agit de limiter sa signature radar en utilisant des formes à facettes, renvoyant les ondes dans des directions différentes, ou en piégeant ces dernières dans ses structures à multiples alvéoles. Il en est de même pour ses deux dérives inclinées. Les entrées des deux réacteurs sont protégées par des grilles. Les sorties d’échappement sont étalées à l’arrière de l’aile pour diffuser la chaleur et réduire la signature thermique. L’appareil, ravitaillable en vol, est subsonique (vitesse inférieure au mur du son) pour ne pas être repéré. Son architecture imposée par les impératifs de furtivité le rendant aérodynamiquement instable, son pilotage est rendu possible par des calculateurs de vol. L’armement est constitué de bombes guidées laser ou conventionnelles, trouvant place dans la soute ventrale. Après une utilisation uniquement de nuit à partir d’une base ultrasecrète dans le Nevada pour garder le secret sur son existence, le F-117A a été utilisé durant l’invasion du Panama puis durant la guerre du Golfe et au Kosovo. Une soixantaine d’appareils ont été produits par Lockheed-Martin, le rôle du F-117A devant être repris par le F-22 Raptor et le futur F-35 Lightning. Retrouvez pleins d’informations sur sur les avions en allant sur l’excellent site d’information avion de chasse.

Le Rafale aux Emirats Arabes Unis ?

Alors que la France est en pleine discussion sur la vente du Rafale à l’Inde, le prospect d’une vente de l’avion de chasse aux Emirats Arabes Unis pourrait-elle se profiler ? Le ministre de la Défense a indiqué que des discussions étaient en cours entre les deux Etats alors qu’il y a quelques mois, les officiels du pays avaient sérieusement critiqué l’avion de chasse français. Qu’a-t-il bien pu se passer pour que les deux pays discutent de ce programme ? L’un des points de blocages provient des exigences des EAU sur la configuration très moderne de ce Rafale, surnommé « Rafale-9 » en référence aux Mirage 2000-9 achetés par les Emirats Arabes Unis à la fin des années 90. Radar, système d’auto-protection, nacelle de désignation d’objectifs… Tout devait être au dernier cri, avec des capacités supérieures aux Rafale français. Ce qui a un coût. De plus, les EAU demandent à la France la reprise de leurs Mirage 2000-9. Ceci fait beaucoup de conditions, notamment en termes de transferts de technologie, mais aussi purement financier, et particulièrement la reprise des Mirage, qui vient amoindrir le prix de vente et qu’il faudra refourguer ailleurs. En outre, l’Eurofighter Typhoon est encore en lice et cet avion de chasse européen n’est pas écarté pour autant. Et le Royaume-Uni a laissé filtrer en plein salon IDEX un projet de base semi-permanente installée aux Emirats, à l’image de ce qu’a fait la France avec la base d’Al Dhafra. Le timing de cette annonce n’est évidemment pas dû au hasard. Dernier point, le Typhoon a l’avantage d’avoir déjà deux références dans la région, avec l’Arabie Saoudite et le sultanat d’Oman. Pas le Rafale. « Ce sera long et difficile, mais nous sommes confiants », indique-t-on chez Eurofighter. Donc rien n’est fait. Il va falloir convaincre et céder sur des transferts de technologie, et ça, ce n’est jamais réellement bon à long terme.

Point d’information sur la reprise des vols en L-39

Depuis quelques mois la DGAC a modifié la législation relative au vol en avion de chasse en France pour les entités civiles. La conséquence a été directe notamment pour les opérateurs de L-39 albatros avec la nécessité de se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation. Voici donc un point sur la situation des opérateurs de L-39 en France. A noter que pour le moment l’unique avion de chasse qui vole en France est le Fouga Magister qui est déjà en conformité avec la réglementation. Les L-39 albatros ont besoin de se mettre en conformité administrative, notamment au niveau de l’immatriculation de l’avion. La procédure concerne plusieurs pays, ce qui prend du temps et allonge les délais car les procédures de discussion requièrent des « va et vient » entre chaque administration avant d’aboutir à la conformité. Nous avons travaillé sur ces procédures et continuons de valider chaque point pour pouvoir reprendre les vols avec la belle saison, dès le printemps. Nous tenons à vous rassurer dans tous les cas que cette mise en conformité est uniquement administrative et ne concerne en rien la sécurité de l’avion, ni le vol. N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou précision.