C’était le 25 février 1963. Le premier Transall prenait son envol depuis l’aérodrome de Melun-Villaroche, marquant ainsi le début d’une carrière hors du commun pour l’avion de transport franco-allemand. Sous les couleurs de l’armée de l’Air, le Transall a été de tous les engagements : conflits armés, opérations humanitaires, missions « spéciales » et clandestines… Une mobilisation que l’opération Serval, actuellement en cours au Mali, ne viendra pas démentir. En janvier 1957, la France et l’Allemagne sont intéressées par un appareil de transport militaire à moyen rayon d’action, sur la base d’un projet présenté par Nord-Aviation comme appareil de patrouille aéro-maritime. Nord-Aviation n’ayant pas les moyens de produire seul un projet d’une telle ampleur, il fut décidé en juin 1958 de créer le consortium Transport Allianz, dans le cadre d’une collaboration franco-germano-italienne pour remplacer les avions de transport alors en service dont la conception remontait à la Seconde Guerre mondiale dont le Douglas C-47 Skytrain ou de l’immédiate après-guerre tel leBreguet Deux-Ponts. L’Italie s’étant retirée du projet, la conception du Transall fut assurée par des entreprises françaises et allemandes, soit Nord-Aviation pour la France, et les firmes Weser Flugzeugbau (WFB) et Hamburger Flugzeugbau (HFB) pour l’Allemagne. Assemblé à Bourges et en Allemagne (à Brême et à Hambourg), il a volé pour la première fois le 25 février 1963 à Melun-Villaroche aux mains du chef-pilote de Nord-Aviation Jean Lanvario et construit à 169 exemplaires, dont une partie exportés en Turquie et Afrique du Sud. Une seconde série fut lancée à la fin des années 1970 : le C-160 NG, doté d’une avionique modernisée, de 2 réservoirs de carburant supplémentaires et d’un système de ravitaillement en vol. La fabrication était cette fois assurée par Aérospatiale pour la France, Messerschmitt-Bölkow-Blohm et Vereinigte Flugtechnische Werke pour l’Allemagne. L’assemblage final s’est alors fait sur les chaînes d’Aérospatiale à Toulouse, et le C-160 NG a volé pour la première fois le 9 avril 1981. 29 exemplaires furent fabriqués uniquement pour la France, dont quatre C-160H destinés à servir de relais de transmission et deux C-160G d’écoute électronique. De 1994 à 1999, tous les C-160 français ont été rénovés via une amélioration de leur avionique et l’addition d’un système de contre-mesures anti-missiles. Les C-160F ainsi rénovés ont été renommés C-160R (« rénové »). Les appareils de la Luftwaffe ont suivi un programme similaire d’extension de vie chez BAE Systems, mais tous les appareils français et allemands ont commencé à atteindre leur limite de fin de vie en 2005. Tous les appareils sud-africains ont déjà été retirés du service, tandis que l’armée de l’air turque continue d’utiliser 20 appareils obtenus d’Allemagne. Année du cinquantenaire, 2013 sera également symbolique car elle annonce l’arrivée de la relève. Le premier A400M doit en effet être livré à l’armée de l’Air d’ici quelques mois.