Piloter un avion sans avoir de licence ? Oui, c’est possible. La preuve : c’est ce que j’ai fait mardi dernier. Ce n’était bien sûr pas un gros avion de ligne mais un appareil plus réduit : un Cessna 150. Et la taille de l’avion n’a pas diminué les impressions. Bien au contraire, même ! Ca s’est passé à Cannes, et je dois dire que j’ai adoré. Avant de passer à l’acte, je me demandais si ce serait difficile. Mais en fait, piloter un petit appareil est vraiment accessible au dernier des hommes. Les 2 moments les plus impressionnants restent, comme vous pouvez l’imaginer, le décollage et l’atterrissage. Mais pour le reste, c’est un instant de bien-être suprême. Et le décollage n’est pas aussi terrifiant qu’on peut le croire, pour tout dire. Comparé au décollage d’un gros appareil, on peut même dire que ça se fait plus tranquillement. Et lorsque l’avion est à nouveau parallèle au sol, on en prend plein les yeux. La verrière panoramique donne une vue imprenable sur la Terre ! Pour ma part, le meilleur moment réside cependant dans le pilotage en lui-même. L’utilisation des commandes est incroyablement grisante. On ressent le vent qui secoue l’avion, à tel point qu’on a l’impression de lutter contre le vent chaque fois qu’on incline l’avion. Même si ça ne paraît rien, c’est une expérience particulièrement intense. Ce baptême a même été plus fatigant que ce qu’on m’avait laissé penser. D’une part, parce que quand on est inexpérimenté, il faut dire qu’on ne sait vraiment pas où regarder : les instruments de vol ou l’horizon ? Sacré dilemme. Et aussi parce qu’il faut tout de même maintenir le manche à balai (même s’il est docile, il exige aussi une certaine concentration). En tout cas, même si vous n’êtes pas mordu d’aviation, voilà une expérience exceptionnelle que je vous invite à vivre si vous en avez la possibilité. Voilà la page qui m’a servi pour cette initiation de pilotage avion à Cannes. Suivez le lien pour le site du prestataire.

11352016_329556037219581_1001528891_n