Des chasseurs Su-35 russes interceptent en toute sécurité des avions de patrouille P-8A Poseidon de la Marine américaine

Les forces navales américaines Europe-Afrique ont confirmé que deux avions de chasse Su-35 russes ont volé de manière dangereuse et non professionnelle tout en interceptant un avion de patrouille maritime et de reconnaissance P-8A de la marine américaine au-dessus de la mer Méditerranée.

Mardi, le communiqué de presse du service a déclaré qu’un P-8A de la marine américaine survolait les eaux internationales en Méditerranée orientale et avait été intercepté par deux Su-35 russes pendant une période de 65 minutes. L’interception a été jugée dangereuse et non professionnelle en raison du fait que les pilotes russes se sont rapprochés sur chaque aile du P-8A simultanément, limitant la capacité du P-8A à manœuvrer en toute sécurité.

Les actions inutiles des pilotes Su-35 russes étaient incompatibles avec un bon pilotage et les règles de vol international, et mettaient en danger la sécurité de vol des deux appareils.

Alors que l’avion russe évoluait dans l’espace aérien international, cette interaction était irresponsable. Nous nous attendons à ce qu’ils fonctionnent selon les normes internationales établies assurer la sécurité et prévenir les incidents, y compris l’Accord de 1972 pour la prévention des incidents en mer et au-dessus de la haute mer (INCSEA). De telles actions augmentent le potentiel de collisions aériennes.

Cet incident fait suite à deux interactions dangereuses en avril, sur les mêmes eaux. Dans tous les cas, les appareils américains évoluaient dans l’espace aérien international, conformément au droit international, dans le respect de la sécurité des vols, et n’ont pas provoqué cette activité russe.

Les tensions entre Washington et Moscou ont de nouveau augmenté lors du déploiement d’avions militaires russes en Libye.

Des avions militaires russes, dont des avions de combat Mig-29 Fulcrum et des avions de combat Sukhoi Su-24 Fencer, ont récemment été déployés en Libye afin de soutenir des sous-traitants militaires privés (PMC) parrainés par l’État russe opérant sur le terrain. Au moins « six Mig-29 et deux Su-24 escortés par deux Su-35 de l’armée de l’air russe » sont arrivés en Libye.

La Russie a employé Wagner, parrainé par l’État, avion de chasse en Libye pour cacher son rôle direct et pour permettre à Moscou de dénier de manière plausible ses actions malveillantes. Le Commandement des États-Unis pour l’Afrique estime que les actions militaires de Moscou ont prolongé le conflit libyen et exacerbé les victimes et les souffrances humaines des deux côtés.

La France livrera sans délai des avions de chasse Rafale à l’Inde

L’ambassadeur de France en Inde, Emmanuel Lenain, a annoncé le 24 mai que la partie française livrerait sans délai des avions militaires Rafale en Inde, a appris BulgarianMilitary.com citant The Indian Express.

L’ambassadeur de France a noté qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter de la livraison des avions, car la France respecte strictement les délais de livraison des avions de chasse.

Rappelons qu’en septembre 2016, l’Inde et la France ont signé un accord d’un montant de 7,87 milliards d’euros pour la fourniture de 36 chasseurs multirôles Rafale. De nouveaux chasseurs devaient atterrir en Inde au cours de la dernière semaine de mai, mais le commandement de l’Air Force indienne n’a pas reçu de confirmation de Dassault Aviation.

Nous rappelons également qu’il y avait précédemment des rapports selon lesquels la France ne respecterait pas le contrat à temps dans le cadre de l’épidémie de coronavirus SRAS-CoV-2.

La France était le deuxième pays le plus touché d’Europe avec des cas signalés de cas de coronavirus de 2284 personnes et des décès atteignant 55. Dans plusieurs villes de France, y compris Bordeaux, près de Mérignac, où se trouve la chaîne de production de Rafale, des cas de coronavirus positifs ont été signalés .
La base aérienne d’Ambala, où les quatre premiers chasseurs Rafale seront déployés, se prépare pour la nouvelle cérémonie d’armement des chasseurs. Ils feront partie des 17èmes flèches d’or.

Le deuxième escadron Rafale sera déployé à la base aérienne d’Hasimira au Bengale occidental pour contrer la menace posée par la Chine.

Veto de la Bulgarie sur l’achat de F-16

Le président bulgare Roumen Radev a opposé son veto à l’achat de 8 avions de combat F-16V que le Parlement avait approuvés la semaine dernière. Radev a estimé que le prix de l’acquisition, 1,256 milliard de dollars, était trop élevé.

Avec la montée des tensions dans la mer Noire, la Bulgarie a cruellement besoin de nouveaux avions de combat. La flotte actuelle de MiG-29 est plus âgée et son entretien pèse lourdement sur le budget de l’armée de l’air bulgare.
Initialement, la Bulgarie avait examiné l’offre de Saab et de ses dix JAS-39 Gripen, avant de la rejeter, arguant que le contrat du chasseur suédois n’inclurait pas tout le matériel nécessaire à l’accomplissement de sa mission.

Après avoir lancé un appel d’offres, il a finalement opté pour huit des dernières versions de Lockheed Martin F-16, le Block 70, également connu sous le nom de «Viper». Le 19 juillet 2019, le Parlement bulgare a convenu de ce qui constituerait la plus grande acquisition réalisée par le pays depuis plus de 30 ans. Pour ce faire, il devra creuser le déficit budgétaire de 1,6% du PIB.

Cependant, en juillet Le 23, 2019, le président bulgare a décidé de mettre son veto à la décision du parlement. L’ancien pilote de chasse a déclaré que « si la Bulgarie a besoin d’un avion multifonctionnel, non seulement grâce à ses qualités, mais également grâce à un ensemble complet d’équipements, du matériel d’accompagnement et de la formation du personnel », la décision de choisir le F-16V a été prise  » sur la voie rapide « , selon le Sofia Globe.
Le veto du président Radev ne devrait avoir aucune conséquence sur l’acquisition, sauf obliger le Parlement à ratifier la loi sur le contrat une seconde fois

Des avions de chasse russes de 5ème génération

L’armée de l’air russe fera un autre pas de géant vers la modernisation à la fin de l’année en recevant le premier lot de chasseurs furtifs de cinquième génération. Le Sukhoi T-50, qui est un programme conjoint entre l’Inde et la Russie, renforcera les capacités aériennes de la Russie et fera de lui le deuxième pays à posséder un chasseur à réaction de cinquième génération après les États-Unis, équipé du F-22 Raptor. dans les essais finaux du F-35 Lightning II.

Mais à mesure que la date de livraison approche, les relations de la Russie avec l’Inde ont souffert des retards répétés et des insuffisances techniques, ainsi que de la réticence de la Russie, déclarent les responsables indiens à partager des détails essentiels sur le développement de l’appareil.

«L’Inde ayant déjà payé 295 millions de dollars pour les coûts préliminaires de conception et de développement, la réticence des Russes à partager les informations de conception sur les avions n’a pas été bien accueillie à New Delhi», a déclaré Monika Chansoria. New Delhi, a déclaré à Defense News.

Selon Chansoria, les cercles militaires indiens ont été très déçus par les retards répétés et le manque de coopération de la Russie, qui pourrait voir l’Inde devoir attendre plus de 10 ans pour avoir sa propre version de travail du T-50.

Lorsque l’accord sur les avions à réaction a été conclu en 2007, il visait à annoncer une nouvelle ère pour une armée russe largement dépassée, financée par une économie russe en plein essor. Mais maintenant, l’introduction de l’avion dans l’armée de l’air arrivera à un moment difficile pour la Russie financièrement et sera encadrée par la guerre en cours en Ukraine orientale, qui fait rage depuis avril. Si la responsabilité de la situation financière de la Russie est principalement imputable à la chute des cours mondiaux du pétrole, les sanctions imposées au pays l’ont empêché de recevoir une aide internationale et l’ont menacé de récession.

La livraison du T-50 intervient également au moment où le F-35 Lightning II des États-Unis est remis au Corps des Marines des États-Unis pour commencer sa vie opérationnelle.

La Roumanie achète des avions de chasse F-16

La Roumanie cherche à acquérir de nouveaux avions de combat F-16 pour remplacer son avion de combat vieillissant, le MiG-21 Lancer, a déclaré le ministre de la Défense nationale, Gabriel Les. Selon le magazine Scramble, le ministre de la Défense nationale, Gabriel Les, bapteme en avion de chasse a annoncé que la Fortele Aeriene ale Romaniei (Armée de l’Air Roumaine) avait entamé la procédure d’acquisition de davantage d’avions de combat F-16 Fighting Falcon pour remplacer le dernier avion MiG-21 Lancer. Il est rapporté que l’armée de l’air a exprimé le besoin de 36 F-16 Fighting Falcons. À ce jour, la Roumanie a acheté un total de 12 avions de chasse F-16 Block 15 Mid-Life Upgrade (MLU) d’occasion (neuf F-16AM et trois F-16BM) au Portugal et a officiellement réceptionné les six premiers à la fin du mois de septembre. Le ministre Gabriel El a également annoncé qu’à partir du 14 mars 2019, l’armée de l’air roumaine avait commencé à piloter des missions de police de l’air sous commandement roumain avec les Baza 86 Aeriana F-16.

Dans le passé, ces missions étaient pilotées avec ses MiG-21. Dans un proche avenir, la Roumanie organisera également ce type de missions sous le commandement de l’OTAN après que l’escadron achève le processus de certification de l’OTAN. «Le jeudi 14 mars, le service national de police aérienne des F-16 sera opérationnel. Jusqu’ici, nous avons effectué ce service avec des avions MIG, si nous voulons parler des forces aériennes roumaines », a déclaré Gabriel Les. Selon les informations actuelles, le bloc 15 comporte de plus grands stabilisateurs horizontaux, l’ajout de deux points durs à l’entrée du menton, un radar AN / APG-66 (V) 2 amélioré et une capacité accrue des points durs situés sous l’aile. Le Block 15 a également acquis la radio UHF sécurisée Have Quick II. Pour contrer le poids supplémentaire des nouveaux points durs, les stabilisateurs horizontaux ont été agrandis de 30%. Le bloc 15 est la variante la plus nombreuse du F-16, avec 983 produite.

Les problèmes de moteurs chez Boeing

Des rapports ont fait surface la semaine dernière révélant que la société faisait face à des défis avec le nouveau moteur GE9X de General Electric – le plus grand moteur à turbine spécialement conçu pour le jet 777X. Avec les retards de montage de l’avion et d’autres hoquets, comment cela pourrait-il avoir un impact sur la livraison des avions de ligne cible? Selon un haut responsable de Boeing, les problèmes de test avant livraison détectés sur le moteur GE9X ont encore entravé le programme 777X, a rapporté Reuters le 4 juin 2019. Le programme a déjà vu des retards d’assemblage sur le moteur et sur le nouveau carbone composite du jet. ailes. Bien entendu, la crise actuelle de Boeing sur les avions de ligne 737 MAX, une priorité pour la société, aggrave les inquiétudes. Récemment, le chef de Boeing, Dennis Muilenburg, a toutefois assuré que la controverse entourant la certification des avions MAX maintenant immobilisés ne modifierait probablement pas de manière significative »le processus de certification et l’introduction du nouveau 777X. Je ne vois rien là-bas actuellement qui modifierait considérablement la chronologie du 777X, mais il est possible que nous puissions voir quelque chose qui modifierait le contenu du programme de test ou la façon dont nous procédons à la certification », a déclaré Muilenburg lors d’une conférence en mai. 29, 2019 L’autre élément de rythme pour nous est avec GE sur le moteur et nous continuons à travailler sur les tests du moteur et ces deux échéances seront réunies pour les tests en vol plus tard cette année, puis nous prévoyons toujours de mettre en service en 2020 », le Le PDG de Boeing a déclaré. La première des deux variantes du 777X – le 777-9 – devait prendre son envol pour son vol inaugural fin juin 2019, certaines sources indiquant le 21 juin comme date précise. Mais il semble que cette date pourrait être repoussée, courant juillet, Tematis étant donné qu’aucun autre problème ne se pose. Cela, à son tour, remet également en question la date cible d’entrée en service du 777X pour 2020. Et puis il y aura le prochain salon du Bourget 2019, qui aura lieu du 17 au 23 juin. Le premier vol d’essai du 777X peut probablement maintenant être exclu des plans de Boeing pour l’événement. Selon des sources proches du dossier, le premier vol pourrait avoir lieu aux États-Unis en même temps que le spectacle aérien, avait précédemment rapporté Reuters. Boeing a hâte de faire connaître le développement du nouveau 777X, en particulier sur le compte Twitter officiel de la société, où il a partagé des mises à jour sur l’assemblage de ce qui est considéré comme le plus grand biréacteur du monde. L’avionneur a révélé qu’il avait terminé le premier avion d’essai au sol 777X en octobre 2018; et en janvier 2019, la société a installé les deux premiers moteurs massifs GE9X sur le nouveau gros-porteur. L’avion d’essai en vol a été déployé des installations d’Everett de Boeing à Seattle le 13 mars, malgré les attentes précédentes d’avoir ses débuts en février. Les problèmes et les retards de production ne sont pas nouveaux pour Boeing. L’année dernière, l’avionneur américain faisait face à une accumulation de 737 jets familiaux dans ses installations de Renton, dans l’État de Washington, alors que les principaux fournisseurs se battaient pour suivre des taux de production ambitieux et une demande croissante.

Les États-Unis confirment 5 milliards de dollars à Taiwan

Les États-Unis ont confirmé leur intention de moderniser la flotte vieillissante de Taiwan d’avions de combat F-16 construits aux États-Unis.
La Chine considère Taïwan comme faisant partie de son territoire et a averti Washington de ne pas conclure l’accord de 5 milliards de dollars (3 milliards de livres sterling).
Le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé la « forte indignation » de son pays face à cette décision, affirmant que cela nuirait aux relations.
Mais les États-Unis sont légalement tenus d’aider Taiwan à se défendre, et cette décision intervient alors que la supériorité militaire de la Chine sur Taiwan n’a cessé d’augmenter.
Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhang Zhijun a qualifié cette décision de « grave ingérence » dans les affaires intérieures du pays, ce qui a envoyé un « signal gravement erroné aux forces séparatistes indépendantistes pro-Taiwan ».
Dans un communiqué publié sur le site Internet du ministère, M. Zhang a déclaré: « Il faut souligner que cette mauvaise conduite de la part des États-Unis nuira inévitablement aux relations et à la coopération et aux échanges sino-américains dans les domaines militaire, de la sécurité et autres ».
Capacité de combat
Cependant, l’annonce suggère que les États-Unis ne vendront pas maintenant à Taiwan une nouvelle génération de F-16, comme l’espérait Taipei.
Les responsables américains ont déclaré que les chasseurs F-16 A / B subiront une rénovation qui les mettra aux mêmes normes que les modèles C / D plus avancés.
« Après la mise à niveau, la capacité de combat de l’armée de l’air sera considérablement améliorée », a déclaré le ministre taïwanais de la Défense Kao Hua-chu lors d’une conférence de presse en fin de soirée à Taipei.
La décision américaine, bien que largement attendue, a tout de même été une déception pour Taiwan.
Malgré l’amélioration des relations entre Taïwan et la Chine, Pékin continue de renforcer ses forces militaires. Et cette accumulation est largement considérée comme ciblant Taïwan, pour avertir l’île qu’elle prétend toujours être sa province de ne pas devenir officiellement indépendante.
Les analystes disent que Washington est devenu réticent à vendre des articles coûteux à Taïwan ces dernières années, de peur de mettre Pékin en colère. Les États-Unis ont besoin de la coopération de la Chine sur de nombreuses questions – du commerce à la Corée du Nord et à l’achat d’obligations américaines pour faire face à sa dette.
Washington fait face à un difficile équilibre en essayant de jongler avec ses relations avec la Chine et son engagement à aider son allié de longue date Taiwan à se défendre.
Le ministère de la Défense a déclaré que Taiwan restait menacé par l’expansion militaire de la Chine.
« L’amélioration de notre capacité de défense est une mesure cruciale et unique pour maintenir la sécurité régionale et un développement stable à travers le détroit », a-t-il déclaré dans un communiqué.
Mais Taiwan a également déclaré qu’il poursuivrait ses tentatives d’achat de plus de 60 avions C / D, avion de chasse qui sont considérés comme plus adaptés aux derniers avions de guerre chinois.
Taipei a déclaré que cette décision était toujours en suspens aux États-Unis et a exhorté les responsables à l’accepter.
La décision de Washington passera maintenant au Congrès pour approbation.
Certains analystes affirment que cette décision vise à apaiser Pékin, qui avait prévenu que les relations en pâtiraient si la vente avait lieu.

Le F-16 qui s’est écrasé dans un entrepôt avaient des munitions réelles

Le chasseur F-16 qui s’est écrasé dans un entrepôt californien transportait des munitions réelles, ont annoncé vendredi des responsables.
Le colonel Tom McNamara, vice-commandant de la 452e Escadre de mobilité aérienne à la base de réserve aérienne de March à Perris, a déclaré que les détails du paquet d’armement ne seraient pas discutés pour des raisons de sécurité.
Le colis a été sécurisé et sera correctement éliminé, a déclaré McNamara.
Le porte-parole de la base, Reggie Varner, a déclaré que le F-16 avait une panne hydraulique qui a provoqué le crash jeudi dans un entrepôt près de la base.
L’accident a fait 13 blessés, a déclaré le Dr Michael Mesisca du Riverside Health System. Trois personnes restent à l’hôpital et sont stables, a déclaré le Dr Megan Brenner, chirurgien en traumatologie. Personne n’a subi de blessures mortelles.
Le pilote du F-16 s’est éjecté avant l’impact juste à l’extrémité de la piste, a indiqué le major Perry Covington. Le pilote a été emmené à l’hôpital pour un contrôle, mais n’a subi aucune blessure grave, a déclaré le porte-parole de la base Reggie Varner. Le pilote se porte bien, mais les représentants de l’hôpital ont refusé de dire s’il faisait partie des trois personnes encore hospitalisées.
Certains patients ont subi un processus de décontamination en raison de l’exposition aux fumées et des débris, a déclaré Mesisca.
Mike Johnson, le PDG de l’entreprise située dans l’entrepôt, a confirmé que tous les employés de l’entrepôt étaient en sécurité.
« Dieu merci, tout le monde est en sécurité et OK », a déclaré Johnson dans un communiqué à CNN. « Nous devrons voir ce que cela signifie pour l’entreprise, mais en ce moment, notre préoccupation concerne nos employés et leurs familles. »
L’entrepôt appartient à See Water, Inc. La société propose des produits et des solutions aux industries CVC, commerciales, résidentielles, des services publics et des eaux usées.

Le fer de lance qu’est l’avion de chasse Rafale

Le retour à une gravité normale me débouche les oreilles. Je tente de faire bonne figure en plaisantant, mais en réalité je suis épuisé. Rivers me fait remonter à 18 000 pieds (6 000 mètres). Le vol redevient paisible. Ah oui, là, on l’a eu ! Ma raison me rappelle que je bénéficie d’un privilège exceptionnel ; mais mon corps, lui, dit stop. Alors demi-tour, cap sur Saint-Dizier. Rivers fait maintenant du rase-mottes, la position idéale pour échapper à la détection radar. Raison pour laquelle elle est privilégiée lors des missions nucléaires. C’est aussi le moment où les passagers occasionnels, comme moi, ont tendance à vomir… A 150 mètres à peine, l’air est plus épais, l’appareil est pris de soubresauts. Rivers, lui, apprécie le paysage. Nous voici au-dessus d’une étendue monotone de champs vert foncé que dominent des clochers épars. Il fait le guide : « Un campement de gens du voyage. » Moi, je regarde la jauge de carburant. Il nous en reste 1 tonne sur les 3,5 du départ. Il me demande si je souhaite continuer. Ma raison me rappelle que je bénéficie d’un privilège exceptionnel ; mais mon corps, lui, dit stop. Alors demi-tour, cap sur Saint-Dizier. Je ne pense plus qu’à cette question que je veux lui poser : « Comment faites-vous pour maîtriser les paramètres avec une pression pareille ? » Il me répondra tranquillement : « Rassurez-vous. La première fois, sur Mirage 2000, moi aussi j’ai vomi. L’aptitude à encaisser dépend du nombre d’heures passées en vol. » Et il a dit vrai. Quand il m’a averti, avant d’atterrir, qu’il faudrait encore gagner de l’altitude, couper la vitesse et « prendre 5 g », je me suis préparé au pire. Paupières closes, joues creusées, abdos contractés, j’étais prêt à « encaisser ». J’ai été le premier surpris de découvrir que je tenais le choc. C’est vrai, on s’habitue à tout. Et moi, je regrette déjà le temps où… j’ai piloté un Rafale.

Les passagers au départ de Nice apprécient également les séjours vers les villes du nord de l’Europe : billet d’avion Amsterdam et billet d’avion Bruxelles. Destination touristique et ensoleillée, Marseille est aussi un point de départ important, avec de nombreux vols directs vers toute l’Europe ! Vous cherchez un billet d’avion Londres, un avion Lisbonne, des vols Amsterdam ou un billet d’avion Venise : depuis Marseille vous êtes assuré d’atteindre ces villes en à peine quelques heures en voyage avion. L’aéroport de Marseille-Provence propose également des vols dernière minute réguliers et directs vers Bastia et Ajaccio. La Ville Rose offre de très nombreuses possibilités de s’échapper pour les vacances. Parmi les destinations européennes les plus prisées depuis l’aéroport de Toulouse Blagnac, on retrouve l’Italie, Rome et Venise en tête. Les billets d’avion Venise ont la cote auprès des Français. Depuis Bordeaux également, les vols vers Venise font en effet partie des plus demandés. On retrouve également d’autres grandes villes touristiques européennes : billet d’avion Londres, bapteme en avion de chasse vols Barcelone ou avion Amsterdam. Malgré toutes ses qualités, le Rafale n’avait à ce jour jamais connu de succès à l’export. La polyvalence ayant un coût, son prix refroidit bien des clients potentiels. « Le prix à l’exportation du Rafale est exorbitant. Il est d’environ 140 millions d’euros par avion. Il y a cinq ans, les Russes proposaient des avions à 20 millions d’euros faisant la même chose« , estime un habitué des ventes d’armes. Un point de vue qui peut toutefois être relativisé si l’on prend en compte le coût d’usage des appareils. « Sur 30 ans, il y a un rapport de trois à quatre entre le coût d’achat et le coût d’utilisation, explique le spécialiste des questions militaires. Quand on prend en compte le coût d’entretien, le Rafale n’est pas le plus cher. Son entretien est relativement bon marché. Par exemple, le Soukhoï russe est très cher à l’usage : les moteurs doivent être remplacés souvent« . Au-delà de ces considérations techniques et financières, les ventes d’armes gardent une dimension fortement politique. Dans les années 1960 à 1980, la France apparaissait comme non-alignée sur les États-Unis. Certains pays préféraient lui acheter des armes plutôt que de se fournir auprès des Américains. Un argument qui a disparu avec le retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan. En outre, les Français pêcheraient souvent par arrogance. « En France, on croit toujours mieux savoir que le client ce qu’il veut », note l’expert en questions militaires. « C’est une question culturelle. La France a tendance à oublier qu’il n’y a pas de marché captif« , ajoute-t-il. Arrogance contre susceptibilité ? L’échec de la négociation avec la Suisse tiendrait beaucoup au fait que la France a froissé les Helvètes sur la question des paradis fiscaux.

Perdre la vue, c’est perdre le combat

Nous avons un dicton dans le monde des pilotes de chasse, « perdre la vue, perdre le combat ». Perdez la vue pendant seulement une seconde de la cible terrestre ou aérienne, et vous risquez de perdre le combat (c’est-à-dire de manquer la cible ou de vous faire abattre). Il faut une concentration, une discipline et une concentration intenses pour garder la vue. Votre vision est seulement aussi bonne que la façon dont vous voyez la cible immédiate.

Nous avons tous entendu les experts parler de vision. La vision dresse un tableau inspirant de ce qu’une organisation peut devenir et nous donne quelque chose en quoi croire, travailler et s’identifier. Warren Bennis l’appelle «un objectif convaincant». Lorsque nous avons une vision, nous sommes naturellement déterminés à la réaliser et cela nous incite à agir tous les jours. Il donne un sens à notre mission car il fournit un but dans tout ce que nous faisons.

Henry David Thoreau a déclaré un jour: « À long terme, les gens ne frappent que ce qu’ils visent. » Il était sur quelque chose ici. Le mot clé est «viser». L’objectif nécessite une concentration, et le manque de concentration est un facteur énorme qui conduit à l’échec. La plupart d’entre nous ont une vision décente de notre chemin. Mais d’après mon expérience, il est rare de trouver quelqu’un avec une focalisation claire et précise qui a la discipline de rester sur la cible pour réaliser cette vision. La vision à long terme est excellente, mais elle est inutile à moins que vous ne restiez sur la cible tous les jours et que vous ne soyez pas distrait par des objets non essentiels à la mission.

« Méfiez-vous des distractions déguisées en opportunités. »

Cela explique pourquoi la concentration est si essentielle au succès. Focus nous guide dans les activités quotidiennes qui mènent à la réalisation de notre vision. Pensez-y. Vous êtes ancré dans la rédaction d’une proposition de vente impressionnante et le téléphone sonne. Vous pratiquez votre argumentaire de vente à cette énorme perspective et un e-mail apparaît « exigeant » une réponse immédiate. Vous venez de vous asseoir pour planifier le programme de demain et votre ami vous appelle pour discuter d’un problème relationnel.

Une seconde, vous êtes prêt à passer à l’action, la suivante, Fouga Magister à Pontoise vous êtes hors cible en essayant de gérer une «  opportunité  » qui est simplement une distraction conçue pour vous aider à perdre votre concentration sur ce qui est important. Ce que vous faites à ce moment est critique.

Je ne dis pas souffler tout autre que la tâche à accomplir. Mais si vous êtes sérieux au sujet du succès, vous feriez mieux d’avoir vos priorités de mission droites et des éléments multitâches uniquement qui soutiennent la mission immédiate. Les vrais leaders sont excellents dans ce domaine.

La vision sans concentration est comme une mission de combat sans objectif. Vous volez à la poursuite d’objectifs d’opportunité, mais au final n’accomplissez rien.

Le 420 e Escadron d’essais en vol a été réactivé pour soutenir les essais de bombardiers secrets

Le 420ème escadron d’essais en vol a été réactivé après la cérémonie de prise de commandement du 4 octobre, selon un communiqué de presse publié récemment. L’escadron planifiera, testera, analysera et reportera tous les tests en vol et au sol du bombardier bombardier super secret B-21 Raider de la Force aérienne.

Le 420 FLTS est organisé dans le cadre de la 412e escadre de test, qui fait partie du centre de test de la Force aérienne, basé à Edwards. L’escadron, ainsi que le Bureau des capacités rapides de la Force aérienne, veilleront à ce que la Force aérienne fournisse cette capacité asymétrique au combattant.

Le B-21 sera un bombardier de nouvelle génération à très haut potentiel de survie, capable de pénétrer les défenses anti-aériennes modernes et de mettre en danger toute cible à l’échelle mondiale. Le programme a une conception mature et stable et est en train de passer au développement de la fabrication du premier avion d’essai à Palmdale, en Californie.

« Le premier vol du Raider le mènera de Palmdale à Edwards AFB, où l’héritage de l’excellence se poursuivra avec la réactivation du 420ème escadron d’essais en vol », a déclaré le secrétaire par intérim de l’Air Force, Matthew Donovan, lors de la conférence de l’Association de l’armée de l’air, le 16 septembre.

Cet héritage d’excellence a débuté le 17 juillet 1989 lorsque le B-2 Spirit, le premier bombardier furtif au monde, a décollé des installations de production de Northrop Grumman à l’usine 42 de Palmdale et a atterri 112 minutes plus tard à Edwards pour des tests de développement effectués par la 420ème FLTS. .

Safran va motoriser l’avion de chasse Indien de 5ème génération

Safran fabrique les moteurs et les composants électroniques du biréacteur de chasse Rafale, mais l’Inde s’efforce de développer son propre moteur de chasseur depuis deux décennies et envisage de construire un avion de fabrication domestique. La société française Safran est intéressée par le co-développement de moteurs d’avion pour l’avion de combat moyen avancé (AMCA) – l’avion de chasse de cinquième génération proposé par l’Inde. Le constructeur d’avions a fait cette proposition quelques jours après que la Indian Air Force (IAF) se soit retirée d’un programme d’avions de combat de cinquième génération (FGFA) avec la Russie. Lors d’une présentation devant le ministre indien de la Défense, Rajnath Singh, la société a déclaré qu’elle était prête à transférer ses dernières technologies pour le programme AMCA.

« Safran, soutenu par les autorités françaises, est la seule entreprise au monde à proposer un transfert complet de savoir-faire et de savoir-faire permettant à l’Inde d’être pleinement autonome à l’avenir », a déclaré la société dans sa présentation, ajoutant que l’Inde était seul pays au monde auquel un tel transfert a été effectué proposé. La présentation proposait également de développer et de produire un moteur totalement dans le cadre de l’initiative «Made in India», qui serait adaptée aux besoins de l’avion. Le ministre de la Défense, Rajnath Singh, lors d’une visite des installations de fabrication de Safran, a présenté un exposé sur les capacités de conception de moteurs d’avion militaires. Une offre similaire avait été proposée dans le cadre de la vente de 8,7 milliards de dollars d’avions de combat Rafale, et Safran fabrique également les moteurs et les composants électroniques du Rafale. Le 4 octobre, le maréchal en chef de la Force aérienne, Rakesh Kumar Singh Bhadauria, a soutenu un avion de combat de cinquième génération développé dans le pays et a déclaré que la force soutenait pleinement le projet AMCA.

« Nous n’avons pas l’intention d’importer un avion à réaction de cinquième génération. Le projet AMCA a été mis en œuvre. Nous l’avons pleinement soutenu. Le programme est en train de démarrer », a déclaré le chef de l’IAF. L’année dernière, l’Inde a fait part à la Russie de sa réticence à poursuivre le développement conjoint du programme FGFA d’une valeur de 30 milliards de dollars en raison des coûts élevés que cela impliquerait. Dans le cadre du projet russo-indien FGFA, les deux parties avaient prévu d’investir 4 milliards de dollars chacune au stade du développement, tandis que le coût total de la construction de 127 avions de combat était estimé à 25 milliards de dollars.

Des F-35 au sol

Les États-Unis ont immobilisé toute sa flotte de 51 avions de chasse F-35 après la découverte d’une aube de moteur fissurée.
Le défaut a été détecté lors d’une inspection de routine d’une version de l’avion (F-35A) de l’Air Force à Edwards Air Force Base en Californie, a déclaré le Pentagone.
Différentes versions sont pilotées par la Marine et le Marine avion Corps. vol en avion de chasse Tous ont été mis à la terre.
Le F-35 est le programme d’armes le plus cher du Pentagone. avec un coût de près de 400 milliards de dollars (260 milliards de livres sterling).
Le Pentagone a déclaré que les opérations aériennes resteraient suspendues jusqu’à ce que la cause profonde soit établie.
La commande de vendredi était la deuxième fois en deux mois que des avions de la gamme F-35 étaient immobilisés.
La lecture multimédia n’est pas prise en charge sur votre appareil
Légende des médiasLe chef d’escadron Steve Long de la RAF britannique a expliqué les capacités du F-35 en 2010
La variante du Marine Corps (F-35B), une variante de décollage court et d’atterrissage vertical (STOVL), a été mise à la terre pendant près d’un mois après qu’un défaut de fabrication a provoqué le détachement d’une conduite de carburant juste avant un vol d’entraînement en janvier.
La version Air Force décolle et atterrit sur des pistes conventionnelles tandis que la version STOVL décolle de pistes plus courtes et atterrit comme un hélicoptère.
Le Royaume-Uni achète la variante STOVL pour ses futurs porte-avions.
Il remplace le jet Harrier mis au rebut qui avait une portée de 300 milles marins, contre 450 milles marins pour le F-35.
Avec une vitesse de pointe de 1 200 mph (1 930 km / h), le F-35 peut voler presque deux fois plus vite que le Harrier, tout en ayant également une transparence radar et des capacités furtives – le Harrier n’en avait aucun.

Le F-4 Phantom

Nous avons décidé de vous présenter un avion de chasse que nous aimons particulièrement, le F-4 Phantom. Le F-4 Phantom H est un des avions de combat les plus connus au monde. Grand. Biréacteur. Armé de missiles, ce chasseur biplace fut conçu en réponse à une fiche programme de l’US Navy demandant un nouveau chasseur-bombardier embarqué. Le prototype YF4H-1 Phantom II fit son premier vol le 27 mai 1958. L’avion de chasse entra en production sous la désignation F4H-1F suivi par la première version de série importante, le F4H- 1F qui devint le F-4B. Ces avions furent livrés à l`US Navy comme les versions de reconnaissance RF-4B et Les Phantom entrèrent en service dans l`escadrille VF-121 de l’US Navy à la fin de 1960 pour être embarqués pour la première fois sur un porte-avions au sein de la VF-102.

Les F-4N et S furent des versions modernisées des F-4B et F-4J qui servirent dans l’US Navy et le Marine Corps jusqu`à leur remplacement par le Grumman F-14 Tomcat et les F /A-18 Hornet à la fin des années 1980. Le Phantom constitua un cas unique d’avion de chasse conçu pour la Marine et pour la première fois adopté par L’USAF Au début, les F-48 de l`US Navy furent prêtés jusqu’à ce que la version F-4C terrestre fût livrée. Ce type fut suivi par le F-4D pourvu d`une avionique adaptée.

Le F-4E fut développé d`après l’expérience acquise au combat en Asie du sud-est en devenant la première version du Phantom armée (d’un canon rotatif après que l’armement uniquement constitué de missiles eût été jugé inadapté aux opérations). Le premier vol eut lieu à l’été 1967 et plus de 1 300 exemplaires en furent construits dont les deux tiers pour l’USAF Une version de reconnaissance tactique, le RF-4C, fut le seul autre Phantom de nouvelle génération destiné à cette force. Mais plus de 100 F-4E furent convertis en F-4G « Wild Weasel ›› de brouillage des défenses antiaériennes ennemies.

Les Phantom américains furent des avions de chasse puissamment engagés au Vietnam et les RF-4C et F-4G de l’USAF combattirent en Irak en 1991. Les Phantom furent remplacés dans l’USAF par le General Dynamics F-16 Fighting Falcon et des exemplaires des surplus furent transformés en avions-cibles sans pilote. Le Phantom fut largement exporté. La Royal Air Force britannique utilisa des F-4M Phantom FGR.Mk.2 à réacteurs Rolls-Royce Spey ainsi que des F-4K Phantom FG.Mk.1 après le retrait de cette version des unités de la Fleet Air Arm. La RAF utilisa aussi le F-4J (UK) à réacteurs General Electric J 79.

D’autres pays s’équipèrent en Phantom dont l’Australie, l’Allemagne de l’Ouest, la Grèce, l’Iran, Israël, le Japon, la Corée du sud, l’Espagne et la Turquie, certains d’entre eux choisissant la version de reconnaissance d’exportation RF-4E. Des modernisations majeures ont été prévues pour les Phantom allemands et israéliens. Les historiens divergent sur le nombre de Phantom construits et pris en compte, mais McDonnell Douglas en a produit au moins 5668 exemplaires et Mitsubishi au Japon plus d’une centaine.

Expérience incroyable, il est possible de faire un vol en avion de chasse sur F-4 Phantom, aux USA, grâce à une fondation qui conserve cet avion pour en faire des baptêmes. Contactez-nous si cela vous intéresse.

Le Concurrent Hyper-technologique Du Rafale Cloué Au Sol

Le Joint strike fighter (JSF) F-35 Lightning II fabriqué par Lockheed-Martin fera sa première apparition hors des Etats-Unis sur le salon aéronautique de Farnborough (Grande-Bretagne), mi-juillet. Et l’oiseau sera scruté de près. Car cet avion de combat furtif est le programme militaire le plus coûteux de l’histoire avec près de 400 milliards de dollars (environ 295 milliards d’euros), selon le Government Accountability Office (GAO) américain. Ce montant s’explique par des coûts de développement très élevés (environ 55 milliards de dollars), pour une cible de 2 443 avions, soit la plus grosse commande jamais passée d’un seul tenant par les Etats-Unis. A titre de comparaison, le programme Rafale a coûté au total 44 milliards d’euros pour 286 avions.

Les coûts du JSF ont dérapé de 70 %. En 2001, année de lancement du programme, Lockheed-Martin se faisait fort de livrer plus de 2 850 avions pour… 233 milliards de dollars. En cause, un retard de plus de sept ans dans la mise au point de l’avion. La première mise en service opérationnel doit -théoriquement- intervenir au second semestre 2015. Cela étant, ce programme s’est quand même vendu à près de 700 exemplaires dans dix pays hors Etats-Unis. Car le F-35 est aussi l’un des plus sophistiqués et polyvalents que l’industrie américaine ait jamais conçu.

Le JSF, qui existera en trois versions, est tout à la fois capable de fournir la supériorité aérienne, d’effectuer des missions d’attaque au sol, de surveillance du champs de bataille, d’apponter sur un porte avions (pour la version C) et de décoller verticalement (pour la version B). Le tout avec une signature radar équivalent à une balle de golf (environ 0,0015 m²). C’est un peu moins que le F-22 Raptor (0,0002 m²), mais cela suffit à rendre le Lightning II extrêmement discret pour être le premier à entrer sur le champs de bataille et frapper en profondeur.

Cette grande furtivité n’est pas le seul point fort du JSF. Il sera le premier avion de combat à supprimer l’afficheur tête haute (HUD) car cette fonction sera intégrée dans le viseur de casque du pilote.

Cet équipement digne d’un film de science fiction, conçu par Elbit Systems et Rockwell Collins, est révolutionnaire : le pilote dispose d’une vision périphérique jour/nuit, il peut voir à travers le fuselage (réalité augmentée) pour détecter une attaque, viser en tournant le regard vers la cible. Autre rupture, le système optronique EOTS pour désigner une cible et conduire le tir, est intégré dans le fuselage pour ne pas nuire à la furtivité. De même, les armements sont disposés en soute, et non sur des points d’emport externes, ce qui a nécessité des développements particuliers. Le F-35 est équipé d’un radar à antenne active, le AN/APG-81, capable d’acquérir plusieurs cibles à la fois à très longue distance.

Mais ce qui constitue le cœur de la technologie à bord du F-35 est son logiciel de commande des fonctions principales de l’avion, avionique, communication et systèmes de combat. Ce monstre de 24 millions de lignes de code, dont 9,5 millions à bord (soit trois fois plus que le Raptor) permet une fusion des données pour effectuer les missions de combat, le pilotage, etc. La complexité de ce logiciel explique d’ailleurs une part des retards et des surcoûts du JSF. Autre point, le F-35 sera l’un des seuls avions de combat au monde à avoir la capacité de communication par satellite.