La compagnie aérienne israélienne Israir a fait part de son intention de commencer des services sans escale entre Israël et les Émirats arabes unis (EAU) alors que les relations diplomatiques entre les deux pays continuent de se dégeler.

Le transporteur a demandé l’autorisation d’exploiter des vols commerciaux de passagers et a provisoirement réservé des créneaux de départ et d’arrivée à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv (TLV) afin d’ouvrir une route vers Dubaï International (DXB).

Comme rapporté pour la première fois par Reuters, Israir prévoit d’opérer huit vols aller-retour de TLV à DXB en octobre si les approbations nécessaires sont accordées.

Cette décision intervient moins d’un mois après qu’Israël et les Émirats arabes unis sont parvenus à un accord pour normaliser leurs relations, devenant ainsi le troisième accord de paix israélo-arabe depuis la déclaration d’indépendance d’Israël en 1948.

L’accord – négocié par les États-Unis – a été rendu public dans une annonce surprise le 13 août. Une déclaration conjointe publiée par le président américain Donald Trump, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et la couronne des EAU le prince Mohammed ben Zayed a décrit l’accord comme une «percée diplomatique historique» qui «ferait progresser la paix dans la région du Moyen-Orient».

Depuis la conclusion de l’accord, El Al Israel Airlines a achevé le 31 août un premier service direct symbolique de TLV à Abu Dhabi (AUH).

Les 3 heures. 20 minutes de vol – avec le numéro de vol LY971 en clin d’œil au code d’appel international des EAU – ont transporté une délégation de diplomates israéliens et américains. Le vol affrété a également été autorisé à traverser l’espace aérien saoudien, avion de chasse auparavant bloqué aux compagnies aériennes israéliennes.

Le 2 septembre, l’Arabie saoudite a ensuite confirmé qu’elle autoriserait tous les vols à destination et en provenance des EAU à utiliser son espace aérien à la demande des EAU. Cela réduira considérablement le temps de vol entre Israël et les Émirats arabes unis et rendra les routes plus viables commercialement.

Bahreïn a également emboîté le pas, déclarant que le royaume autoriserait tous les vols entre les Émirats arabes unis et tout autre pays à traverser son espace aérien.

Les données de Sabre Market Intelligence montrent Le trafic O&D entre Israël et les Émirats arabes unis a totalisé 13486 passagers aller-retour en 2019, les trois principaux marchés de correspondance à guichet unique étant Amman (AMM), la Jordanie, puis les aéroports turcs, l’aéroport d’Istanbul (IST) et Sabiha Gökçen (SAW).

On espère que le lancement de routes directes entre Israël et les EAU stimulera le tourisme de loisir et religieux entre les deux pays, ainsi que l’ouverture d’importantes liaisons de fret.