Sans doute que les dirigeants et les responsables de la communication de Dassault Aviation méditeront les propos tenus par le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, lors d’une entrevue avec le général américain David Petraeus, le 1er novembre 2009. « Il a dit que la France essayait de pousser le Rafale et serait présente en force (ndlr, au salon aéronautique de Bahreïn de janvier 2010), bien qu’il partage l’avis de Petraeus selon lequel l’avion de combat français est doté d’une technologie d’hier » indique un compte-rendu du déparement d’Etat américain, qui, rendu public par WikiLeaks, résume les déclarations du roi al-Khalifa. En matière d’avions à la technologie ancienne, le roi de Bahreïn doit en effet s’y connaître puisque les seuls avions récents de sa force aérienne sont des F16 C/D américains, livrés entre 1990 et 2001. Ces derniers complètent une flotte de F5 Tiger, qui, pour le coup, L-39 font figure d’antiquités. Ironie du sort, quelques jours après cette rencontre entre le roi al-Khalifa et le général Petraeus, baptême en avion de chasse le pilote d’essai britannique Peter Collins avait couvert d’éloges le Rafale après l’avoir eu entre les mains. « Il est tout simplement le meilleur avion de combat et le plus complet dans lequel je n’ai jamais volé. Ses déploiements opérationnels parlent d’eux-mêmes.

Si je devais aller au combat, sur n’importe quelle mission, contre n’importe qui, je le ferais, sans aucun doute, avec le Rafale » avait-il écrit pour le compte du magazine Flight International. Au cours de ce mois de novembre 2009, les Rafale de l’escadron de chasse 1/7 Provence s’étaient particulièrement mis en valeur lors de l’exercice international Air Tactical Leadership Course (ATLC), organisé aux Emirats arabes unis et où ils étaient notamment opposés à des Typhoon britanniques, des F22 Raptor de l’US Air Force, des F-7 pakistanais, des Mirage 2000-9 émiratis et des F16 MLU jordaniens. Et le bilan parle de lui même. Un des Rafale a pu, en une minute, traiter 6 cibles différentes au sol situées à des distances comprises entre 20 et 40 km et tirer 3 missiles air-air Mica. Et lors de confrontations de type « Dog Fight » avec les autres appareils, l’avion français a eu le dessus sur l’Eurofighter (4-0 et 3-1) ainsi que sur le F-22 Raptor (5-1). Cela dit, il est vrai que le Rafale est un avion de 4e génération. Mais pour l’instant, et hormis le F22 Raptor, ni le F35 Lightning américain et ni T50 russe, dits de 5e génération n’ont pour l’instant fait leurs preuves étant donné qu’ils sont encore entre les mains des ingénieurs. Alors, l’on peut penser que, après tout, l’avis d’un roi régnant sur un Etat minuscule comme peut l’être Bahreïn (moins de 700 km2) n’est pas en prendre en considération. Mais il est probable qu’il n’est pas le seul à avoir un avis négatif sur le Rafale. Est-ce que cette mauvaise réputation, aussi injuste qu’elle puisse paraître, peut expliquer les déboires de l’avion français à l’exportation? Sans doute pas car d’autres facteurs rentrent en ligne de compte. Mais en tout état de cause, cela n’aide pas.